Troisième catastrophe en 11 jours: l'île de Lombok à nouveau victime d'un tremblement de terre

Le sol de l'île de Lombok, en Indonésie, a de nouveau tremblé ce jeudi matin. C'est le troisième séisme en seulement 11 jours. En plus des dégâts importants, le dernier bilan humain - avant cette nouvelle catastrophe - était d'au moins 164 morts et 1.400 blessés graves.

Les habitants de Lombok, une île indonésienne qui se situe à l'est de Bali, sont en proie à catastrophe sur catastrophe. Ils ont connu un premier tremblement de terre le 29 juillet dernier, un second ce dimanche 5 août et, comme s'ils avaient besoin de ça alors que leur île n'est plus que villages fantômes et tas de gravats, la terre vient de trembler une troisième fois.

Cela s'est produit ce jeudi matin, à 5h25 UTC (7h25 heure belge, et 13h25 heure locale à Lombok), dans le nord de l'île, soit dans la même région que dimanche. Selon les données de l’Institut américain de géophysique (USGS), le séisme était de magnitude 5,9. Ce qui est légèrement moins violent que les deux précédents tremblements de terre, de magnitude 6,4 et puis 7. Mais l'agence indonésienne de sismologie a, de son côté, relevé une magnitude de 6,2 ce matin.

Lourd bilan humain

L'île paradisiaque, prisée des touristes et des plongeurs, n'est, depuis ces derniers jours, plus que ruines et paysages désolants. Sur ses 4.725 km2, des dizaines de milliers de maisons ont été détruites partiellement ou totalement, de nombreuses routes ont été fissurées et des ponts se sont écroulés.

À ces dégâts matériels importants s'ajoute une véritable catastrophe humaine. Alors que le premier séisme avait déjà provoqué la mort d'au moins 17 personnes, le dernier bilan (toujours provisoire) était de 164 morts, au moins 1.400 blessés graves et 156.000 personnes déplacées, indiquait ce matin à l'AFP le porte-parole de l'Agence nationale de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nugroho. Tandis que certains médias, tels que CNN, avancent des chiffres encore plus catastrophiques, soit 347 morts.

Les autorités locales et des ONG s'affairent pour tenter de sauver les derniers survivants et aider les sinistrés, qui se retrouvent dès lors sans toit, sans nourriture ni même eau potable, et sans médicaments pour se soigner. Mais le secours n'est pas chose facile, certaines parties de l'île - particulièrement au nord et à l'est, zones les plus proches de l'épicentre - étant tellement endommagées qu'elles sont pratiquement inaccessibles.

L'Indonésie est souvent victime de tremblements de terre, puisque l'archipel est situé sur ce que l'on appelle la "ceinture de feu" du Pacifique. Il s'agit d'une zone à forte activité sismique, qui concentre les 9/10e des volcans du monde et où les plaques tectoniques se rencontrent. Mais généralement, ces tremblements de terre passent pour anodins et ne provoquent pas de conséquences aussi désastreuses que ceux que les habitants connaissent pour le moment en chaîne.

Petit aperçu de ce qu'il reste de l'île...

Sur l'île de Lombok, tu peux lire aussi: