Donald Trump l'avoue enfin: oui, son fils a tenté de choper des informations sur Clinton durant l'élection

Après l'avoir longtemps nié, Donald Trump a avoué que son fils, Donald Trump Jr., avait bien rencontré une avocate russe dans le but d'obtenir des informations sur sa rivale Hillary Clinton durant la campagne présidentielle en 2016. Mais le président américain n'en savait rien, jure-t-il, et tout ceci était complètement légal. 

Donald Trump aura mis le temps, mais il a fini par craquer. Oui, la réunion entre son fils Donald Trump Jr et l'avocate russe, qu'il pensait en lien avec le Kremlin, avait bien pour objectif la collecte d'informations sur Hillary Clinton en 2016.

"Les 'Fake News' rapportent, une pure invention, que je suis inquiet à propos de la réunion que mon merveilleux fils, Donald, a eue à la Trump Tower" en juin 2016. Il s'agissait d'une réunion pour obtenir des informations sur une opposante, ce qui est totalement légal et qui se fait tout le temps en politique - Et ça n'a mené nulle part. Je n'en savais rien!", a ainsi tweeté le président des États-Unis.

"Rien de tout cela n'est normal"

C'est la première fois qu'il expose aussi clairement le but de ce rendez-vous polémique, pour lequel il aurait donné son accord selon les médias américains, même s'il le nie. Michael Cohen, l'ancien avocat de Trump, affirme aussi que celui-ci était au courant de ce rendez-vous: le président américain l'a accusé dans un autre tweet "d'inventer des histoires".

Cohen, Jared Kushner, genre de Donald Trump, et Paul Manafort, son directeur de campagne à l'époque, étaient présents lors de ce rendez-vous qui a eu lieu en juin 2016 à la Trump Tower. Trump Junior avait dans un premier temps expliqué que ce rendez-vous avait pour sujet un contentieux entre Washington et Moscou. Avant de finalement confirmer qu'il était bien politique et que les avocats de son père se chargent du dossier pour assurer que le président n'était au courant de rien. Tout en affirmant que tout ceci était parfaitement légal.

Un argument qui ne convainc pas les opposants à Trump. "Les Russes ont proposé des informations sur votre adversaire. Votre campagne a accepté. Et les Russes les ont données. Vous avez trompé le pays au sujet de cette réunion à la Trump Tower quand elle a été rendue publique. Maintenant vous dites que vous ne saviez rien à l'avance. Rien de tout cela n'est normal ou crédible", a ainsi tweeté Adam Schiff, numéro deux de la commission du Renseignement à la Chambre des représentants.

L'enquête du procureur spécial Robert Mueller est toujours en cours pour savoir s'il y a eu collusion entre Moscou et l'équipe de Trump durant la campagne présidentielle.

Déjà lu?