96 ans, survivante de l'Holocauste et chanteuse de death-metal: cette mamie déchire

En voilà une qui aura eu une vie bien remplie. À 96 ans, Inge Ginsberg a une passion: déclamer des poèmes sur du death-metal. Une façon de vivre la vie à fond pour cette survivante de la Shoah.

Quand Inge Ginsberg est apparue sur la scène de "Die grössten Schweizer Talente" (La Suisse a des talents), le jury l'a accueillie avec la bienveillance de ceux qui s'attendent à assister à une performance charmante. Du haut de ses 96 ans, Inge est avenante, s'exprime bien et vous donne l'impression qu'elle va sortir une boîte de biscuit de son armoire à thé.

Mais c'est lorsque son guitariste a entamé les premières notes que Ginsberg s'est révélée: la mamie a surpris tout le monde en posant des vers sur des bonnes grosses sonorités death-metal. Depuis cette performance de 2016, le monde a découvert cette "princesse juive" qui a survécu au génocide des Nazis et s'est enfuie vers les États-Unis avec son mari alors qu'elle était encore jeune.

Documentaires

Un documentaire du New York Times a été réalisé récemment sur celle qui a écrit des chansons avec son mari (notamment "Try Me" de Dean Martin). Dans cette vidéo, la journaliste Leah Galant détaille l'improbable collaboration entre Ginsberg - qui passe son temps entre la Suisse et New York - et les jeunes musiciens qui sont devenus ses amis. Ces derniers ont redonné vie à ses poèmes en les accompagnant de death metal.

Cette collaboration donne un cocktail plutôt étrange. Pour les fans de ce style de musique plutôt sombre - où l'on scande généralement des sujets morbides avec une voix caverneuse - la voix enjouée de Ginsberg est plutôt drôle. Elle ne fait pas peur, ne donne pas envie d'ouvrir ses poignets de viking au milieu d'un pentagramme tracé dans le sol d'une forêt glaciale du grand Nord, mais l'énergie est présente.

Et c'est tout ce qui intéresse cette chanteuse adoratrice de la vie: "Mon concept du paradis et de l'enfer est que dans le moment de la mort, vous réalisez que votre vie était pleine et bonne - c'est le paradis. Et si vous pensez: "Oh, j'aurais dû faire ceci ou cela", je pense que c'est l'enfer", explique-t-elle dans le docu. Bien dit, mamie!

Un petit clip bien surprenant

 

Le documentaire du New York Times

 

Déjà lu?