Trump la girouette: "J'accepte les conclusions selon lesquelles la Russie a interféré dans nos élections"

Sous un feu nourri de critiques venant de l'opposition autant que de son propre camp, le président américain Donald Trump a fait marche-arrière pour corriger ses propos tenus en Finlande. Après l'avoir toujours nié, il a reconnu mardi la conclusion des agences de renseignement américaines selon laquelle la Russie avait interféré dans les élections de 2016.

Donald Trump est revenu sur ses déclarations faites en conférence de presse à Helsinki, après sa rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine. Le président américain a affirmé lundi qu'il ne voyait pas pourquoi la Russie aurait interféré dans les élections américaines de 2016.

De retour à la Maison-Blanche mardi, le président a déclaré aux journalistes que ses propos étaient simplement le fait d'un lapsus et qu'il avait répondu exactement le contraire de ce qu'il souhaitait déclarer.

"Je ne vois aucune raison pour laquelle cela serait la Russie (la responsable de l'ingérence)", a-t-il déclaré en Finlande mais selon l'erratum, il souhaitait dire (dans sa tête?): "Je ne vois aucune raison pour laquelle cela NE serait PAS la Russie" qui aurait procédé à cette ingérence.

Critiques

Selon la BBC, Trump est revenu sur ses propos après avoir essuyé un torrent de critiques de la part des médias et des députés américains de tous bords. Les États-Unis et la Russie sont des ennemis de longue date et ont souvent été radicalement opposés sur de nombreuses questions.

De retour aux États-Unis, Trump a déclaré que la Maison-Blanche allait faire "tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher l'interférence russe en 2018" lors des élections de mi-mandat. Dans un communiqué, la Maison-Blanche a ajouté que "le président Trump avait pris des mesures pour affronter et se débarrasser des tentatives russes qui minent les États-Unis".

Mais c'est trop tard: Trump s'est déjà brouillé avec les représentants des services secrets. James Comey, l'ancien directeur du FBI renvoyé l'année dernière par Trump, exhorte maintenant les électeurs américains à soutenir les démocrates lors des élections de mi-mandat de novembre, révèle l'agence de presse américaine AP. Il semblerait que ses heures prestées sous l'égide de Trump lui aient fait changer de bord politique, car l'homme ajoute qu'il ne sent plus républicain.

La Maison-Blanche: "Dès le début de son mandat, le président Trump a pris des mesures pour défendre notre système électoral contre l'ingérence"

Déjà lu?