Des trolls russes tentent d'attiser le sentiment anti-islam et le débat sur les réfugiés en Flandre

Depuis son "usine de trolls" à Saint-Pétersbourg, l'Internet Research Agency (IRA), qui gère 3.841 comptes de trolls, a essayé de susciter un sentiment anti-islam et d'enflammer le débat sur les réfugiés en Belgique.

Le journal néerlandais NRC a mis la main sur des preuves concrètes et étonnantes. Il a trouvé plus de 900 déclarations en néerlandais publiées par des trolls russes sur Twitter. Comme la plateforme a récemment supprimé tous les comptes liés à l'IRA, l'Internet Research Agency, le journal n'exclut pas que de nombreux autres tweets en néerlandais aient pu avoir été envoyés précédemment. Il est également possible que d'autres comptes non découverts soient toujours actifs.

Le journal a trouvé des tweets en néerlandais dans deux archives contenant plus de 200.000 messages supprimés. Ces derniers avaient été envoyés à partir de comptes connectés à l'IRA, l'usine à trolls du gouvernement russe. Une de ces archives peut être visionnée sur le site de la chaîne d'information américaine NBC News, les autres archives ont été envoyées au journal via une source anonyme.

Attentats et débat sur les réfugiés

NRC s'est penché sur les tweets envoyés le jour des attentats à Bruxelles, le 22 mars 2016. Selon le journal, ils partageaient les mêmes fautes d'orthographe et étaient équipés de hashtags anti-islam tels que #StopIslam et #IslamKills (L'islam tue).

Selon NRC, les trolls ont tweeté en néerlandais après les attentats de Bruxelles. En plus des messages critiques sur l'islam, ils auraient également envoyé des messages entrant dans le débat sur les réfugiés.

Meilleurs résultats en anglais

Selon le journal, les messages en néerlandais n'ont pas été particulièrement retweetés. Les messages des trolls publiés en anglais auraient eu, par contre, beaucoup plus de succès. Particulièrement aux Pays-Bas et en Belgique. Selon NRC, plus de 6.000 utilisateurs de Twitter en langue néerlandaise ont partagé environ 30.000 tweets en anglais à quelques 9,5 millions d'abonnés.

L'Internet Research Agency (IRA) est un institut lié au gouvernement russe. Avec des trolls embauchés dans un but bien précis, la Russie aurait essayé, entres autres, d'interférer dans les élections présidentielles américaines de 2016. Certains estiment qu'ils sont responsables de la victoire de Donald Trump.

Déjà lu?