La visite au Royaume-Uni commence bien: Trump insulte Theresa May et menace les Britanniques

Donald Trump a de nouveau insulté et menacé un allié - peut-être l'allié le plus loyal des États-Unis. Au lieu d'arriver avec des fleurs ou une bouteille de vin pour Theresa May, le président américain a lancé une pique verbale à son hôtesse britannique. Trump a menacé la Première ministre (et par extension à tous les Britanniques): si le pays ne quitte pas l'UE, il ne faudra pas compter sur un accord commercial favorable avec les États-Unis.

La finesse diplomatique ne fait pas partie des qualités de l'actuel président américain. Plus tôt cette semaine, Trump a secoué l'OTAN lors du sommet annuel à Bruxelles. Du début à la fin, Trump a fait régner le chaos en lançant des accusations et des reproches à ses alliés traditionnels. Et maintenant, au début de sa visite en Grande-Bretagne, il a fait une série de déclarations ahurissantes dans une interview accordée au tabloïd britannique The Sun, le journal le plus lu du pays.

Jeudi soir, la Première ministre Theresa May a reçu le président lors d'un gala au palais de Blenheim, où est né Winston Churchill. Mais alors que les dirigeants étaient encore en train de dîner, The Sun a publié l'interview de Trump réalisée à l'ambassade américaine à Bruxelles. Dans un enregistrement audio, Trump explique qu'il a tenté de conseiller May, mais que cette dernière a ignoré ses conseils.

Il n'a pas révélé ce qu'il lui avait dit précisément mais il a affirmé que May avait choisi la direction opposée. "J'ai dit à May comment faire le Brexit mais elle ne m'a pas écouté", déclare Trump dans l'interview. Selon lui, le choix de May est totalement opposé à ce que voulaient les Britanniques lorsqu'ils ont voté pour le Brexit.

"Ça prend trop de temps"

Trump avait déjà affirmé après le sommet de l'OTAN à Bruxelles qu'il lui semblait que les Britanniques étaient en train de "revenir au moins en partie dans l'UE". Il voit donc d'un mauvais oeil un nouvel accord commercial entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. "S'ils concluent un tel accord, nous allons faire affaire avec l'UE plutôt qu'avec le Royaume-Uni, ce qui va tuer un tel traité", a-t-il déclaré au Sun. Même si un grand nombre de politiciens conservateurs britanniques espèrent obtenir un nouvel accord de libre échange avec les Etats-Unis suite au Brexit.

Jeudi, May a révélé dans un document quels étaient ses projets pour le Brexit. Elle semble parier sur un Brexit modéré. Par exemple, la libre circulation des personnes doit rester en partie possible et elle espère parvenir à trouver un accord sur les normes pour les denrées alimentaires et autres biens. Elle propose un accord douanier pour le Royaume-Uni qui prendra en compte à la fois les tarifs britanniques et les européens.

Interrogé pour savoir s'il allait rompre les négociations sur le Brexit si les conditions ne lui convenaient pas, Trump a déclaré: "Oh, bien sûr. Ce n'est pas bon ce qui se passe. Ça prend trop de temps. Les accords qui s'éternisent ne sont jamais bons."

Trump veut que Boris Johnson soit le prochain Premier ministre

Trump a ajouté que Boris Johnson, un rival politique de May et un des hérauts du Brexit, ferait un excellent Premier ministre. "Il serait un grand Premier ministre, il a ça en lui."

Comme Trump, Johnson estimait que May n'était pas assez ferme durant les négociations avec Bruxelles. Il a donc démissionné, tout comme le ministre britannique Davis.

Pour Trump, la gestion de l'immigration en Europe est "honteuse". "Ce qui est arrivé à l'Europe est honteux. Permettre cette immigration en Europe est une honte. La structure de l'Europe a complètement changé. Si vous ne faites pas quelque chose rapidement, ça ne sera plus jamais comme avant, et je ne le dis pas de façon positive."

"Laissez entrer des millions et des millions de personnes en Europe est très triste. Vous perdez votre culture. Regardez autour de vous, il y a des quartiers qui n'existaient pas il y a dix ou quinze ans".

Quelques heures après la sortie de l'interview, la Maison Blanche a publié un communiqué pour relativiser la violence de l'interview. "Le président apprécie et respecte énormément la Première ministre May. Comme il l'a dit dans son interview au Sun, c'est "une très bonne personne" et il "n'a jamais rien dit de mauvais sur elle". Il l'a trouvée géniale au sujet de l'OTAN aujourd'hui et pense que c'est vraiment une personne super. Il la remercie pour son accueil merveilleux au Royaume-Uni."

Le maire de Londres en prend également pour son grade

Le maire de Londres Sadiq Khan est également blâmé pour sa gestion de l'immigration. Selon Trump, il est responsable des attaques terroristes dans la capitale car il laissé entrer trop d'immigrants à Londres.

Trump a choisi d'éviter Londres lors de sa visite en Grande-Bretagne. Il va déjeuner avec la Première ministre May dans sa résidence extérieure des Checkers, à environ 60 kilomètres de Londres. Il va aussi rencontrer la reine Elizabeth au château de Windsor, qui se trouve également à l'extérieur de London. Puis il terminera sa visite par un tour en Écosse où il possède plusieurs terrains de golf.

Lundi, Trump se rendra à un sommet spécial à Helsinki où il retrouvera le président russe Vladimir Poutine. Selon le président américain, cela devrait être la réunion la "plus facile" de son tour en Europe. Trump veut parler avec Poutine de la guerre en Syrie, de la lutte commerciale avec la Chine et des relations mutuelles entre l'Amérique et la Russie.

Déjà lu?