Maximum deux verres par personne: Ryanair veut limiter la consommation d'alcool dès l'aéroport

Tu en as peut-être fait l'expérience ou tu t'es déjà retrouvé dans cette situation: tu prends ton vols Ryanair pour pas cher et tu vois débarquer une bande d’énergumènes complètement bourrés. Ryanair commence tout doucement à en avoir ras-le-bol.

Le boss de Ryanair en a marre. Une bande d'Anglais un peu trop bourrés a encore fait la bringue dans un de ses avions. Du coup, le vol vers Ibiza a dû se poser à Beauvais en cours de route. Sur les cinq dernières années, cela fait une augmentation de 600% de la perturbation des vols, assez c'est assez, se dit Michael O'Leary.

Il veut serrer la vis: limiter la consommation aussi bien à l'aéroport que pendant ses vols. En fait, les stewards peuvent déjà choisir de servir un ou plusieurs verres d'alcool aux passagers, mais que faire lorsque ceux-ci sont déjà bourrés avant de rentrer dans l'avion?

C'est tout le problème. Le pilote peut choisir de faire débarquer certains passagers, mais cela à un coût: l'avion est retardé, perd parfois sa place lors du décollage et cela engendre des frais supplémentaires. Le boss de Ryanair trouve injuste que toute la responsabilité soit mise sur les compagnies aériennes, notamment au niveau de la sécurité de l'appareil.

Limiter l'alcool dans l'aéroport

Si cela ne dépendait que de lui, il interdirait la consommation d'alcool dans les aéroports "avant 10 heures du matin". Pour le reste, il limiterait "la consommation à deux verres par personne" jusqu'au terminal. C'est une directive qui a déjà été proposée par le passé sans qu'elle ne se transforme en quelque chose de concret.

Pour Ryanair, "il incombe aux aéroports de mettre en place ces mesures préventives pour limiter la consommation excessive d'alcool et les problèmes qui en découlent". D'un autre côté cette limitation dans la consommation d'alcool ne serait pas une bonne nouvelle pour les commerçants. Des contrats ont été signés entre les aéroports et ces derniers, et il n'est pas simple de les changer en cours de jeu.

Cette double mesure aurait aussi le désavantage de punir tout le monde, "tout cela à cause du comportement d'une minorité de voyageurs", regrette le patron de l'aéroport de Dublin d'où est parti le vol pour Ibiza.

Déjà lu?