Le ouf de soulagement: les premiers migrants de l'Aquarius sont enfin arrivés en Espagne

Une partie des migrants de l'Aquarius est enfin arrivée à bon port! Le premier des trois navires de sauvetage a débarqué ce dimanche tôt le matin dans le port de Valence en Espagne. Sous les chaleureux applaudissements des bénévoles, secouristes et autorités présents.

Le calvaire touche à sa fin pour les 629 migrants de l'Aquarius. Après plus d'une semaine d'errance en mer, à braver la tempête, supporter le froid et le mauvais temps, et à tenir avec un stock limité de vivres à bord, les 274 premiers rescapés ont débarqué ce dimanche, peu après 6h30 du matin (heure belge), dans le port de Valence en Espagne.

Pour les accueillir, les autorités régionales espagnoles ont fait ériger sur le port une immense banderole "Bienvenue chez vous", traduite dans différentes langues. Les préparatifs allaient bon train samedi: des tentes de secours ont été montées à même le quai, des tables et chaises ont été installées, de la nourriture et des boissons ont été affrétées, et des ambulances ont été garées au port, prêtes à emmener les blessés dès leur arrivée.

Un dispositif très important, tant médical que médiatique, a été mis en place. Environ 2.320 personnes, dont un millier de bénévoles et 470 traducteurs, sont sur le qui-vive. Et plus de 600 journalistes accrédités assistent aux débarquements, un peu plus loin du quai.

L'Italie campe sur ses positions

Il faut dire que cette histoire a fait couler beaucoup d'encre cette semaine et provoqué de vives tensions entre l'Italie et Malte, qui ont toutes deux refusé d'accueillir l'Aquarius, et le reste de l'Europe. En effet, le ministre de l'Intérieur italien fraîchement nommé, Matteo Salvini, avait d'abord interdit à l'Aquarius d'accoster en Italie et même refusé de lui envoyer une aide humanitaire. Deux jours plus tard, le leader de la Lega (parti d'extrême droite anti-migrants) avait fait à moitié marche-arrière et autorisé l'envoi de deux navires militaires italiens rempli de vivres.

L'Espagne s'était donc portée volontaire pour faire débarquer les migrants sur ses terres. Le problème, c'est que le navire de sauvetage de l'ONG SOS Méditerranée n'était pas en condition pour effectuer un tel détour. Le voyage a donc été long et périlleux pour ces 450 hommes, 80 femmes, 89 adolescents et 11 enfants (de moins 13 ans), secourus dans la nuit du 9 au 10 juin au large de la Libye.

Pour la suite des événements, les deux autres bateaux transportant le reste des migrants, à savoir le second navire militaire italien et l'Aquarius, devraient débarquer à Valence d'ici midi (heure belge), selon les prévisions des autorités régionales. À leur arrivée, une partie de ces personnes sera accueillie en Espagne, et l'autre sera transférée en France après examen de leur situation (comprends: si les migrants ont bien droit à l'asile ou non).

Un élan de solidarité incroyable en Espagne

L'Italie, de son côté, a remis de l'huile sur le feu en réitérant ce samedi l'interdiction faite aux ONG d'accoster sur son territoire. "Alors que le navire Aquarius navigue vers l'Espagne (arrivée prévue demain matin), deux autres navires d'ONG, avec le drapeau des Pays-Bas, sont arrivés au large des côtes de la Libye et attendent leur cargaison d'êtres humains abandonnés par les passeurs. Sachez que l'Italie ne veut plus être complice du business de l'immigration clandestine et qu'ils devront donc chercher d'autres ports (non italiens) vers lesquels se diriger", a ainsi posté ce samedi sur son compte Facebook Matteo Salvini.

Heureusement que les migrants peuvent compter sur l'élan de solidarité des Espagnols, où des milliers de bénévoles généreux se pressent déjà pour apporter leur aide: servir de traducteur, offrir un logement, etc.

Voilà quelques images de la vie sur l'Aquarius, postées par l'ONG SOS Méditerranée

Déjà lu?