Combien la SNCB perd-elle d'argent pour nettoyer les tags?

Trouver des tags lorsque tu te rends dans un gare SNCB, c'est courant. Eh bien sache que ces tags constituent une bataille quotidienne à la société de transports, et ça lui coûte d'une part de l'énergie, mais surtout, un paquet de fric. 

Tous les jours, la SNCB appelle une société de nettoyage pour faire disparaitre des nouveaux tags. Tous les jours. Seulement voilà, nettoyer des tags, ça peut prendre du temps, et coûter beaucoup d'argent.

En termes de temps, cela dépend beaucoup de quelle peinture le graffeur a utilisée. S'il a opté pour de la peinture à l'eau, ça va encore, l'agent d'entretien mettra plus ou moins 20 minutes à se débarrasser de "l'oeuvre". Mais s'il a choisi d'utiliser de la peinture à l'heure, ça peut prendre beaucoup plus de temps peut-on lire dans la DH. C'est régulièrement l'entreprise AGS qui est appelée par la SNCB pour venir à bout de cet art incompris et considéré comme destructeur. Si c'est de la peinture à l'huile "et si en plus le mur est poreux, il faut une bonne heure pour nettoyer environ 1m2", explique Olivier Schoelinck, responsable technique de l’entreprise AGS dans la DH.

Et surtout, lorsqu'il s'agit de peinture à l'huile, les agents doivent utiliser une machine utilisant du sulfate et du sable, et c'est une technique plus chère.

Combien d'argent concrètement?

La SNCB doit en effet faire appel à une société privée pour arriver au bout des tags qui arborent ses gares et ses trains, car elle n'a pas (encore?) ce type d'équipe de nettoyage au sein de son personnel. Mais selon la porte-parole de la SNCB, Elisa Roux citée par la DH, “Nous sommes victimes de ce genre d’agissements, ce qui nous oblige à investir des sommes importantes. On préférerait investir cet argent différemment ”. Mais de combien d'argent parle-ton pour nettoyer tout ça? Pour donner une idée, en 2017, la SNCB a dû débourser 200.000 euros pour nettoyer les tags quotidiens laissés dans ses gares. Pour ce qui est des appels d'offre et de la réalisation des devis, ce n'est pas chose facile. En effet, AGS par exemple a expliqué qu'il était compliqué pour elle de fournir un devis, quand elle ne sait pas encore quelles difficultés l'agent de nettoyage va rencontrer, etc. 800.000 euros, c'est le budget estimé qui devrait être alloué pour les quatre prochaines années dans les gares belges pour enlever les tags, retirer les affiches, etc.

Et la tags SUR les trains, combien?

Il n'est pas rare de monter à bord d'un train et de remarquer que la voiture a été fraîchement tagguée. Tu t'es peut-être déjà surpris à tenter de trouver un sens à ce qui est inscrit? OU peut-être que tu essayes toujours de décoder ce qui était écrit? Bref, c'est sans doute la partie qui coûte le plus cher à la SNCB. En effet, le nettoyage des voitures, implique le chômage techniques de celles-ci le temps du nettoyage. 2 millions d'euros environ ont été alloués pour le nettoyage des trains au cours du premier semestre de l'année 2017, selon François Bellot, le ministre de la Mobilité. 3,1 millions d'euros pour 2016.

Quelle solution?

Malgré le fait que faire des tags ou des graffitis constitue un délit, et que les artistes s'exposent à de lourdes sections. Ils risquent même la prison s'ils sont pris en flagrant délit. Mais même si le nombre de tags a diminué ces dernières années au niveau des infrastructures de la SNCB, cela constitue toujours un problème pour la société de transports publics. Et concrètement aucune solution mis à part le nettoyage des tags n'est mis en avant pour le moment.

Lire aussi: