Apple déclare la guerre à Facebook en bloquant le pistage des internautes

Apple met le paquet pour protéger les données de ses clients et s'en prend directement à Facebook. En effet, la marque à la pomme va supprimer les cookies liés au réseau social sur Safari. La guerre est déclarée. 

Apple semble avoir la bonne stratégie pour se mettre les clients dans la poche. Suite au scandale de Cambridge Analytica où l'on a découvert que des tiers avaient pu utiliser les données de millions de "Facebookiens" pour du ciblage politique lors des élections américaines, Apple a décidé d'agir et de frapper fort.

Le vice-président d'Apple, Craig Federighi, a expliqué vouloir empêcher l'utilisation des cookies des sites internet et applications sur Safari, la navigateur d'Apple. Cela concerne évidemment Facebook en particuliers. "Nous pensons que vos données privées doivent rester privées, nous pensons que vous devez contrôler qui les voit" a-t-il déclaré lors de la conférence annuelle des développeurs à San José, près de San Francisco.

Bouton "J'aime"

Sur Facebook, les boutons "J'aime" de Facebook permettent d'obtenir plein de données sur toi et sur tous les utilisateurs. Le vice-président d'Apple explique: "Il semble que les cookies' liés au bouton "J'aime" de Facebook puissent être utilisés pour vous pister. Donc cette année, nous y mettons fin." Si tu n'y connais rien, les cookies sont des sortes de blocs de données échangés entre un appareil et un site internet pour que celui-ci utilise des informations sur la fréquentation du site web.

Alors concrètement, qu'est-ce que va faire Apple? En fait, sur Safari, le système "intelligent de prévention du pistage" empêchera les boutons "J'aime" et "partager" de pister les utilisateurs sans leur permission. Alors, des boites de dialogues apparaitront sur ton écran pour que tu acceptes ou pas que les sites et applications utilisent tes données.

Facebook se retrouve donc encore dans l'embarras, 3 mois après le début de la polémique Cambridge Analytica, et se met désormais le géant de la téléphonie à dos. Le réseau social risque donc de ne plus pouvoir profiter des données de ses utilisateurs Apple. Les tensions entre les deux géants numériques avaient commencé en mars. À l'époque, Tim Cook déclarait ceci: "La vérité, c'est que nous pourrions gagner un paquet d'argent si nous monétisions (les données de) nos clients - si nos clients étaient nos produits. Nous avons choisi de ne pas faire cela." Il a donc décidé de mettre ses paroles en pratique.

Déjà lu?