Trump veut s'auto-pardonner: "j'ai le droit absolu de me gracier"

Dans la longue liste des citations déconcertantes et hautement improbables dont le président des États-Unis a gratifié la planète toute entière, en voici une nouvelle et de taille: "Comme cela a été stipulé par de nombreux spécialistes du droit, j'ai le droit absolu de me GRACIER, mais pourquoi le ferais-je alors que je n'ai rien à me reprocher".

L'enquête sur les ingérences de la Russie dans les élections américaines continue de faire tomber des têtes et se rapproche chaque jour un peu plus dangereusement du pion central de l'affaire: Donald Trump. Mais le président des États-Unis ne s'en inquiète pas. S'il s'avère qu'il a fait une erreur, il s'accordera lui-même la grâce présidentielle.

Toutefois, le milliardaire ne devrait pas faire usage de cet auto-pardon car il n'a rien à se reprocher. C'est en tout cas ce qu'il indique dans son tweet du lundi 4 juin. "Comme cela a été stipulé par de nombreux spécialistes du droit, j'ai le droit absolu de me GRACIER, mais pourquoi le ferais-je alors que je n'ai rien à me reprocher? En attendant, la chasse aux sorcières sans fin, menée par 13 Démocrates très en colère et en conflit (et d'autres), continue!" (Les fans de cinéma apprécieront la référence au film "12 hommes en colère".)

"Le pouvoir de s'auto-pardonner"

Cette déclaration du président a fusé après qu'un de ses avocats dans l'enquête de l'ingérence russe, Rudy Giuliani, a déclaré dimanche que Trump "avait probablement" le pouvoir de se pardonner, mais ne le fera pas. "Il n'a aucune intention de se pardonner", a déclaré Giulani à l'émission "This Week".

Aucun président américain ne s'est jamais auto-pardonné, donc la légalité de cette hypothétique décision relève du débat juridique. Mais une note de trois pages émanant du Bureau du conseiller juridique du ministère de la Justice écrite en 1974 - quelques jours avant la démission du président Richard Nixon - semble dire le contraire. Cette note relevée par CNN indique que le président ne peut se pardonner lui-même car "personne ne peut être juge dans son cas". Ce qui semble assez logique.

Déjà lu?