La Belgique veut supprimer l'heure d'été au niveau européen

Depuis 1977, on doit changer d'heure chaque dernier dimanche de mars et d'octobre. C'est ce qu'on appelle l'heure d'été. Instauré à la base pour faire des économies de bougies, puis d'énergie, ce système pourrait bientôt s'inscrire au passé. La Belgique va en tout cas plaider pour y mettre fin. 

C'est ce jeudi que le Parlement fédéral doit adopter un texte qui veut mettre fin à l'heure d'été. "La Belgique veut en fait jouer un rôle moteur", explique pour Sudpresse Gautier Calomne (MR) qui est, avec David Clarinval (MR), à l'origine du texte.

Pour les deux députés, le changement d'heure est une conséquence d'un autre temps. Cela fait en effet plus de 40 ans (1977) que la Belgique change ses heures chaque mois de mars et d'octobre. Il fait suite aux différents chocs pétroliers des années 70 et deviendra la norme au niveau européen en 2001. À la base, le changement d'heure avait été proposé en 1784 par Benjamin Franklin, l'un des pères fondateurs des États-Unis, pour faire des économies sur... les bougies. Bref, on ne peut pas donner tort aux deux députés libéraux sur le fait que le changement d'heure est quelque peu obsolète.

Le texte voté à la Chambre demandera au gouvernement belge de pousser pour la suppression de l'heure d'été au niveau européen. Car si l'argument d'épargner de l'énergie est toujours vrai aujoud'hui, il n'est pas évident d'en quantifier les bénéfices. Plusieurs études montrent que le gain est même quasi nul.

Avantages et inconvénients

La commission a par ailleurs lancé une évaluation complète de ce système , histoire de faire le point sur les éventuels avantages et inconvénients qu'il provoque. Les arguments les plus cités contre l'heure d'été sont souvent les mêmes: gain énergétique limité, modification de l'horloge biologique, influence négative sur l’agriculture ou encore la multiplication des accidents de la route, comme l'a fait récemment savoir Vias.

Parmi les "pour", on cite généralement les baisses d'émissions de CO2, mais aussi une baisse de la criminalité. Mais un désir de changement est en marche, aussi bien au niveau belge qu'européen. Jan Jambon, le ministre compétent en la matière n'y voit pas d'opposition de principe. Le texte, qui a fait un parcours parfait, a toutes les chances d'être voté ce jeudi.

Reste à savoir s'il l'on se fixera à l'heure d'été ou à l'heure d'hiver une fois le système aboli. Sur ce point, les deux députés préfèrent ne pas s'avancer et de laisser l'étude parler.

Déjà lu?