Supprimer la première classe des trains? Même pas en rêve, ça ferait perdre trop d'argent à la SNCB

C'est une vieille rengaine qui revient souvent: il faudrait supprimer la première classe des trains, bien moins bondée que la seconde. Sauf qu'il n'en est pas question, que ce soit pour la SNCB mais aussi pour le ministre des Transports François Bellot (MR). Et cela répond à une logique économique.

C'est quelque chose que tous ceux qui prennent le train ont déjà connu. Aux heures de pointe, tout le monde s'entasse en seconde classe, certaines personnes devant même rester debout pour faire le trajet car il n'y a plus de place pour s'asseoir. Et pendant ce temps, la première classe est occupée seulement par quelques personnes, OKLM. En 2015, seulement 15% des sièges de première classe étaient ainsi occupés en semaine, et seulement 10% le week-end.

32,7 millions d'euros

Alors pourquoi conserver un voire plusieurs wagons de première classe, loin d'être remplis? Cette question revient souvent sur le tapis. Et la SNCB a toujours la même réponse: car des personnes paient pour ça, alors pourquoi les priver de ce confort? C'est aussi l'un des arguments avancés par François Bellot, le ministre des Transports, dans la Capitale.

"Sa suppression mécontenterait des clients qui sont prêts à payer davantage pour plus d'espace, de confort et de tranquillité, pour la garantie d'avoir une place assise, éviter la bousculade et jouir d'un meilleur confort dans une ambiance plus feutrée", explique-t-il, ajoutant que "la SNCB souhaite, grâce au confort offert en première classe, attirer davantage de voyageurs avec une attention toute particulière vis-à-vis d'un groupe important que représentent les automobilistes, pour qui le confort est clairement un élément décisif"

Selon François Bellot, la première classe rapporterait 32,7 millions d'euros à la SNCB chaque année. Soit 6% de ces recettes, quand même. Difficile donc de cracher sur cet argent "compte tenu de la situation financière" de la SNCB. Supprimer ces wagons de première classe aurait également un coût, difficilement estimable en l'état, puisqu'il faudrait les réaménager pour en faire des wagons de seconde classe. Pas question du coup de supprimer cette première classe, même si cela ne plaît pas à tout le monde.

Désolé, il faudra donc que tu continues à galérer en seconde classe si tu ne veux pas payer un poil plus cher pour un peu plus de confort...

Déjà lu?