L'Italie a finalement son gouvernement et il est populiste

Un gouvernement populiste va prendre les rênes du pouvoir en Italie. Le Premier ministre désigné Giuseppe Conte a présenté sa formation sélectionnée dans les rangs des partis d'extrême-droite et anti-establishment et celle-ci a été acceptée par le président Sergio Mattarella.

Cette fois-ci, c'est la bonne. L'Italie n'aura pas de gouvernement "technocrate" à la "botte de l'Union européenne" mais une formation populiste motivée par des idées d'extrême-droite et des idéaux anti-système. Ça peut paraître incongru mais c'est la coalition qui dirigera la quatrième puissance économique d'Europe.

Trois mois après les élections et trois jours après avoir publiquement annoncé sa démission, le Premier ministre désigné Giuseppe Conte a présenté sa deuxième liste de gouvernement au président de la République italienne et celui-ci l'a acceptée. Sergio Mattarella a donné son feu vert jeudi au choix de l'ancien professeur de droit après que celui-ci ait présenté un nouveau ministre de l'Économie.

Comment vont-ils faire?

Les ministres choisis par Conte sont issus à la fois du parti anti-système "Cinq étoiles" (M5S) et de la Ligue, un parti très très à droite. "Toutes les conditions ont été remplies pour un gouvernement M5S et Lega", se sont félicités Luigi Di Maio, le chef du Cinq Etoiles, et Matteo Salvini, le leader de la Ligue, dans une déclaration conjointe.

L'arrivée de cette nouvelle coalition promet de prochains mois tendus avec l'UE. Les deux partis ont promis à la fois de faire passer de nouvelles dépenses sociales et des réductions d'impôts, ce qui pourrait entrer en conflit avec les directives de dépenses de l'UE et ses velléités d'austérité.

La gestion de l'accueil des migrants risque aussi de faire des étincelles avec l'UE puisque c'est Salvini qui passe au poste de ministre de l'Intérieur. Ce dernier a basé quasiment l’entièreté de sa campagne sur un concept: le rejet des migrants. Il a promis des déportations massives de migrants et a déclaré que son gouvernement construirait des centres de détention un peu partout en Italie.

Bonne ambiance...

Déjà lu?