Saint-Gilles rétropédale: les terrasses pourront rester ouvertes jusque 1h du matin les week-end 

À l'issue d'un débat houleux et passionné, le Conseil communal de Saint-Gilles est revenu sur sa décision très impopulaire de fermer les terrasses des cafés à minuit. Les commerçants gagnent une heure de plus le week-end: vendredi, samedi et la veille des jours fériés, ils peuvent rentrer leur terrasse à partir de 1h heure du matin.

"Quelle mouche a donc Picqué le bourgmestre Charles?", se sont demandés avec surprise de nombreux commerçants, riverains et fêtards saint-gillois en apprenant lundi que la commune souhaitait imposer aux terrasses de fermer à minuit. Ce règlement censé mettre un terme aux nuisances sonores nocturnes en a effrayé plus d'un.

Le règlement n'étant pas même pas encore passé en application qu'il a déjà été amendé ce jeudi 31 mai. Dorénavant, les commerçants saint-gillois devront rentrer leur terrasses à partir de minuit en semaine et à partir d'une heure du matin les vendredi, les samedi et la veille de jours fériés. Ce règlement devrait passer en application dans les semaines qui suivent sur toute la commune de Saint-Gilles.

Aucune concertation

Le premier reproche qui a été adressé à cette mesure poussée par la majorité PS-MR était l'absence de concertation faite avec les commerçants du quartier. Saint-Gilles compte quelques 280 bars avec terrasses sur une zone de 2 km², ce qui en fait la "nouvelle place to be", selon les mots du bourgmestre Charles Picqué (PS).

Mais c'est via la presse que les commerçants ont appris qu'un nouveau règlement loi allait leur tomber dessus dans les semaines qui suivent. Ils étaient donc une grosse poignée jeudi soir dans la salle du Conseil communal pour assister à une séance des plus épiques. Le règlement du Conseil ne leur autorisait pas à s'exprimer publiquement mais ils étaient nombreux, en off, à se plaindre de n'avoir pas été écouté pour le coup.

Séance mouvementée

Très remontée contre cette mesure, l'opposition cdH-Ecolo a lâché plusieurs piques épiques à l'encontre de cette décision. Vincent Henderick, chef de groupe cdH, a évoqué des "mesures liberticides", accusant Picqué de ne faire que des "réflexions en chambre pour satisfaire quelques plaignants". Catherine Morenville, chef de groupe Ecolo-Groen, a dénoncé des "mesures anticonviviales" surmonté d'un "bad buzz pour la commune".

La majorité semblait ne s'être nullement préparée à ce que sa décision soit contestée. Nous avons donc assisté à une séance "bordélique", pour reprendre les termes d'Alain Maron (Ecolo), où les membres du Conseil se sont envoyés amendements sur amendements pour au final, n'en garder qu'un: celui de la propre majorité.

À l'issue de cette séance, un doute plane encore: quelle sera l'utilité réelle de cette mesure censée réduire les nuisances sonores en terres saint-gilloises? Si le non moins impopulaire "arrêté alcool" de Flagey interdit toute consommation d'alcool en rue passé minuit, ce règlement saint-gillois impose uniquement aux tenanciers de bar de plier leurs terrasses passé 1h. Ce qui signifie que les fêtards pourront donc continuer à siroter leur(s) boisson(s)... mais ils devront le faire debout.

Déjà lu?