La fusillade de Liège est une "tentative d'assassinat terroriste", selon le parquet fédéral

Le parquet fédéral donnait une conférence de presse ce mercredi matin peu avant 11 heures pour faire toute la lumière sur la fusillade qui s'est produite à Liège ce mardi vers 10h30. Voici le débrief.

Le déroulé des faits

Dans un premier temps, le parquet a confirmé le déroulé des faits. Benjamin H., né le 12 janvier 1982 à Rochefort et de nationalité belge, a commencé par attaquer au couteau dans le dos deux policières qui se tenaient à l'angle du boulevard d'Avroy et de la rue des Augustins. Il a saisi leurs armes et les a abattues toutes les deux.

L'homme est ensuite entré dans un café de la rue des Augustins, mais n'y a fait aucune victime car il n'y avait plus personne à l'intérieur "grâce à la vigilance du tenancier". Il est très vite ressorti et a tiré à plusieurs reprises sur un véhicule stationné dans la rue, tuant un jeune homme assis à l’intérieur. Il a également tiré sur un autre véhicule, mais n'a fait aucune victime.

"Allah Akbar"

Par la suite, il s'est dirigé vers le lycée Léonie de Waha où il a pris une femme en otage, qui s'en est finalement sortie indemne. En arrivant et une fois sur place, le parquet confirme que l'assaillant a crié plusieurs fois "Allah Akbar". Il a échangé ensuite des coups de feu avec la brigade de police et a finalement été abattu par les forces de l'ordre. Le bilan est donc de 3 morts, 2 policières et 1 homme de 22 ans, confirme le parquet fédéral.

Quelques heures plus tôt, dans la nuit de lundi à mardi, Benjamin H. a également tué Michaël Wilmet, un ancien co-détenu de la prison de Lantin où il était incarcéré depuis 2013 pour des faits de droit commun (de vols et de trafic de drogue principalement). Le corps sans vie de Michaël Wilmet a été retrouvé hier matin à son domicile de On, près de Marche-en-Famenne. Le parquet fédéral confirme ainsi les dires du ministre de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), ce matin sur les ondes de Bel RTL.

Possiblement un "attentat terroriste"

Compte tenu des faits, le dossier a été repris par le parquet fédéral. "Les premiers éléments de l’enquête ont révélé qu’il pourrait s’agir d’un attentat terroriste", affirme la porte-parole du parquet fédéral. "Les faits sont qualifiés d’assassinat terroriste et tentatives d’assassinats terroristes", ajoute-t-elle. Benjamin H. a d'ailleurs eu des contacts avec des personnes radicalisées, mais ces informations datent de 2016 et 2017 et n’ont pas été confirmées depuis, précise-t-elle encore.

En attendant, il n'y a toujours aucune revendication, du côté par exemple de l'État islamique.

L'enquête doit maintenant déterminer si l’assaillant a agi seul ou non. La parquet affirme qu'il n'y a pour l'instant aucun élément qui pourrait laisser penser qu'il aurait eu des complices, mais toutes les pistes doivent être envisagées.

Le groupe terroriste État Islamique revendique l'attaque

Via son agence de propagande, le groupe terroriste États Islamique a revendiqué l'attaque au couteau de Liège. "L'auteur de l'attaque de la ville de Liège en Belgique est un soldat de l'Etat islamique", a affirmé le groupe dans un communiqué publié par Amaq.

Plus d'infos sur la fusillade de Liège: