Fin de la bataille: Samsung est condamné à payer 539 millions de dollars à Apple pour violation de brevets 

Samsung a été condamné ce jeudi par le tribunal fédéral de San Jose en Californie à verser 539 millions de dollars de dommages et intérêts à Apple. C'est l'énorme prix à payer pour avoir copié le design de l'iPhone.

C'est sans doute la fin d'une longue guerre judiciaire entre les deux géants de l'électronique. Au moment de l'ouverture du procès, en 2011, Apple réclamait 2,5 milliards de dollars à Samsung pour avoir copié des composants de ses iPhones. Le géant de Cupertino en avait obtenu 1,05 milliard de dollars, à l'issue d'un verdict rendu en 2012 qui lui donnait raison. Et puis le procès a connu d'innombrables appels et le montant a été ajusté chaque fois un peu plus à la baisse.

Après voir été portée devant la Cour suprême des États-Unis en 2016, l'affaire a finalement été renvoyée devant le tribunal fédéral de San Jose en Californie. Samsung espérait ne devoir débourser que 28 millions de dollars, mais l'ardoise est au final bien plus salée. Le tribunal l'a, en effet, condamné à verser 539 millions de dollars de dommages et intérêts à Apple. Soit près de 461 millions d'euros.

Trois brevets de conception en cause

Trois brevets de conception sont concernés: le premier portant sur les bords arrondis du smartphone, le deuxième sur la jante qui encadre la face avant et le troisième sur la grille d'icônes de l'écran d'accueil. En outre, Samsung s'est également inspiré de deux brevets d'utilité d'Apple, lesquels protègent la façon dont quelque chose est utilisé.

Il y en a évidemment un qui se frotte les mains de cette décision. "Nous croyons profondément en la valeur du design, et nos équipes travaillent sans relâche pour créer des produits innovants qui ravissent nos clients (...) Il est important pour nous de continuer à protéger le travail acharné et l'innovation de tant de personnes chez Apple", a réagi la marque à la pomme dans un communiqué relayé par la presse américaine. Tout en soulignant que l'affaire a toujours été "au-delà de la seule question financière".

Mais pour l'avocat de Samsung, John Quinn, ce jugement n'est "pas soutenu pas des preuves", dénonce-t-il à Bloomberg. "La décision d'aujourd'hui va à l'encontre d'une décision unanime de la Cour suprême en faveur de Samsung sur la portée des dommages et intérêts en matière de brevets de conception", a également réagi la marque dans un communiqué posté sur son site internet. "Nous considérons toutes les options pour obtenir une sortie qui n'entrave pas la créativité et la concurrence loyale pour toutes les entreprises et les consommateurs", ajoute-t-elle.

Il n'y a toutefois pas trop de soucis à se faire pour le géant sud-coréen. Samsung engrange, chaque jour, un bénéfice de 38,9 millions de dollars, soit 1,6 million de dollars par heure, uniquement grâce à la vente de ses appareils mobiles, ressort-il de ses derniers revenus trimestriels. Ce qui signifie que ce seul secteur d'activité de l'entreprise est capable de payer Apple en deux semaines seulement...

Déjà lu?