Pour la Suède, un viol est un viol même s'il n'y a pas usage de la force et de menace

La Suède veut aller en plus loin dans la lutte contre les viols. Est maintenant considéré comme un viol, tout acte sexuel non consenti. Et ce, même s'il n'y a pas eu de menaces explicites ou l'usage de la force. Ils espèrent être imités par leurs partenaires européens. 

La Suède a adopté une nouvelle loi qui veut mettre fin à l'impunité sur les viols. Un viol est un viol, peu importe s'il y a eu usage de la violence. Les victimes ne devront plus prouver qu'il y a eu un usage de la force ou de menaces.

Consentement mutuel

La clé est le consentement mutuel. Et la passivité de la victime ne constituera plus un argument pour les harceleurs potentiels.

Cette nouvelle loi sera appliquée dès le 1er juillet prochain. En attendant, les associations des droits de la femme vont militer pour que ce type de loi soit appliquée partout en Europe. L’objectif est est aussi de permettre à la parole féminine de se libérer et de porter plainte en cas d'agression. Trop peu de plaintes sont déposées à l'heure actuelle, constate Amnesty International.

Selon un rapport des Nations unies, La France et l'Allemagne font partie du top 10 en termes de viols rapportés, avec respectivement 10.108 et 7.724 viols par an. La Suède occupe la 11e position avec quelque 5.960 viols au cours d'une années.

Déjà lu?