Une victoire de plus pour Trump: la NFL va punir les "fils de p..." de joueurs qui ne respectent pas l'hymne américain

Les joueurs de NFL devront respecter l'hymne et se tenir debout, ou alors rester aux vestiaires quand il sera joué avant les matches. Ainsi en a décidé la puissante ligue de football américain, qui va sévir pour sanctionner un mouvement qui a pourri la dernière saison, allant jusqu'à énerver Donald Trump en personne...

"N'aimeriez-vous pas voir un de ces propriétaires d'équipes de la NFL, quand quelqu'un manque de respect au drapeau, dire: 'Virez-moi ce fils de pute du terrain tout de suite. Dehors! Il est viré. VIRÉ!'": ces propos de Donald Trump, tenus devant une foule en délire en septembre dernier, semblent avoir été entendus par la NFL avec quelques mois de retard. La toute puissante ligue US de football américain n'a plus l'intention de laisser les joueurs pouvoir mettre un genou à terre au moment de l'hymne et a décidé de sévir.

Aux vestiaires ou punis

Les joueurs de NFL seront ainsi obligés de rester debout quand le Star-Spangled Banner retentira dans le stade avant chaque match.

"Tous les joueurs et membres de l'encadrement doivent rester debout et montrer du respect à l'égard du drapeau et de l'hymne" a fait savoir la NFL, précisant: "Une équipe sera pénalisée si un membre de son personnel présent sur le terrain ne reste pas debout et ne respecte pas le drapeau et l'hymne".

Les joueurs seront toutefois autorisés à rester aux vestiaires durant l'hymne s'ils le souhaitent pour protester, mais ils ne devront plus poser le genou à terre sous peine de sanction, qui pourront leur être infligées par les boss de leur équipe. Les arbitres pourront également sanctionner les équipes de diverses pénalités si un ou plusieurs joueur(s) décide(nt) de ne pas respecter l'hymne américain.

"Un pays qui opprime les noirs et les personnes de couleur"

La NFL ne veut plus revivre le même genre de polémiques que celles qui ont pourri les dernières saisons. Tout a commencé quand Colin Kaepernick, ancien quaterback des 49ers de San Francisco, a posé un genou à terre durant l'hymne en 2016 afin de manifester son mécontentent devant le traitement des personnes de couleur aux States.

"Je ne vais pas me lever pour afficher de la fierté envers le drapeau d'un pays qui opprime les noirs et les personnes de couleur. À mes yeux, c'est plus important que le football américain et il serait égoïste de ma part de regarder à côté. Il y a des cadavres dans nos rues et des gens qui se vantent d'avoir commis un meurtre avec un arrêt de travail avec salaire", avait balancé le joueur, qui n'a pas retrouvé d'équipe depuis la fin de son contrat en 2017 bizarrement (ce qui l'a poussé à porter plainte)...

Le mouvement "Take a Knee" s'est amplifié par la suite et des joueurs (noirs ou non) posaient régulièrement le genou à terre durant l'hymne américain en signe de protestation. Il a pris une autre dimension dans la foulée de l'élection de Donald Trump, plusieurs sportifs visant directement le président américain avec ce signe de protestation. Ce qui avait particulièrement énervé le milliardaire, qui avait appelé les propriétaires des équipes de NFL à "punir ou virer" les joueurs rebelles dans un tweet, avant de les traiter carrément de "fils de pute".

"Une victoire pour Trump"

Cette décision de la NFL est donc une belle victoire pour Donald Trump, comme l'a souligné le vice-président Mike Pence sur Twitter. "Cette décision de la NFL est une victoire pour les fans, une victoire pour le président, et une victoire pour les Américains. Les Américains se tiennent ensemble, notre drapeau, notre armée, et notre hymne national. Merci la NFL", a-t-il écrit.

L'association des joueurs (NFLPA) tire la gueule de son côté après cette décision. Elle pourrait contester cette décision, pour laquelle les joueurs n'ont pas été consultés. La guerre entre Trump et les sportifs américains pourrait bien connaître un nouvel épisode dans les semaines à venir...

Déjà lu?