DéFI a aussi son idée pour faire interdire le parti Islam

Olivier Maingain (DéFI) veut interdire les partis qui menacent nos libertés démocratiques. En se donnant les moyens de son ambition: il veut modifier la Constitution. Derrière cette idée, la volonté de faire interdire le parti Islam qui se présentera dans plusieurs communes au mois d'octobre. 

Beaucoup de propositions, mais peu d'actions. C'est ce qui a poussé les députés fédéraux Olivier Maingain et Véronique Caprasse (DéFI) à prendre les choses en main pour faire interdire le parti Islam. Et ils veulent employer les grands moyens: en modifiant la Constitution.

Ils présenteront leur proposition ce jeudi à la Chambre. Le but est de faire interdire les partis liberticides, dont le parti Islam fait partie: "Le projet théocratique de ce parti est contraire aux principes démocratiques inscrits dans notre constitution et porte atteinte aux fondements de notre démocratie libérale", constate Olivier Maingain dans La Capitale.

Laïcité de l'État

L'article visé est l'article 7 de la constitution. Pour DéFi, le parti Islam "nie l’égalité entre les hommes et les femmes pourtant inscrite dans notre constitution". Cette interdiction se ferait aussi dans le cadre de la laïcité de l'État, principe qui ne figure toujours pas dans notre constitution. Un débat qui est bloqué par certains, regrette le président du parti amarante.

Mais le tout est de savoir si cela pourrait se faire dans les temps à l'approche de deux échéances électorales. C'est pourquoi Olivier Maingain veut invoquer l'urgence pour l'examen de cette proposition. Si les élections communales d'octobre prochain tomberont trop tôt, cette modification de la constitution pourrait être effective pour les élections législatives et régionales de 2019.

Pour rappel, le parti Islam veut se présenter dans 28 communes en Wallonie et à Bruxelles pour les prochaines élections locales, ainsi qu'à Gand et à Anvers.

Déjà lu?