Visiblement vexé, Elon Musk veut créer une plateforme pour noter les médias et les journalistes

Mais qu'elle nouvelle lubie a traversé l'esprit d'Elon Musk hier soir? Le milliardaire propriétaire de Space X et Tesla a surppris son monde sur Twitter en émettant l'idée de créer une plateforme pour notes "chaque journaliste, éditeur ou publication". Son nom? Pravda.

"Je vais créer un site où le public pourra évaluer la vérité de n'importe quel article et établir un score de crédibilité pour chaque journaliste, éditeur ou publication": voilà ce qu'a tweeté Elon Musk mercredi soir aux alentours de 21 heures (heure belge).

Et à vrai dire, la toile se demande un peu pourquoi, même si on sait l'homme pas toujours tendre avec la presse.

Le nom de ce site? Pravda. Ça veut dire "la vérité" en russe. On a déjà connu meilleure référence. C'est aussi le nom d'un célèbre journal du pourvoir central de l'ancienne Union soviétique.

Coup de bluff ou véritable coup de pression? C'est la question que tout le monde se pose. On notera qu'une entreprise qui porte ce nom a été créée l'année dernière en Californie. Son président est Jared Birchall, il est lié à Musk sur plusieurs autres projets, dont la Boring Company, une société de construction de tunnels.

Vexé?

Le retour de bâton ne s'est pas fait attendre. Plusieurs personnalités américaines ont répliqué, faisant remarquer qu'Elon Musk n'était pas irréprochable en matière de vérité.

Nate Siver, éditeur en chef à Five Thirty Eight, lui a ironiquement fait remarquer que chacun doit s'occuper de son métier: "le crowdsourcing est une bonne idée. Je pense que nous devons aussi inviter des personnes au hasard pour participer à la ligne d'assemblage de Tesla - cela devrait booster la production du modèle 3".

Mais le propriétaire de Tesla et Space X n'en démord pas et le fait savoir dans un autre tweet: "le problème des journalistes, c'est qu'ils sont constamment sous pression pour avoir un maximum de clics et gagner des dollars issus de la pub ou être viré. Situation compliquée, alors que Tesla ne fait pas de pub, contrairement aux entreprises d'énergies fossiles, gaz et diesel".

Le problème est là, si Elon Musk propose une telle idée, c'est parce qu'il en a marre que la presse tape sur ses joujoux. Il s'agissait justement d'un article qui critiquait sa Tesla Model 3, dont les objectifs de production ne sont pas atteints, l'entreprise perdant des managers et allant clash avec le gouvernement.

Vexé, Elon?

Déjà lu?