Fauchée par une balle perdue: la réaction de Jan Jambon sur la mort d'une enfant kurde de 2 ans passe mal

Une fillette kurde de 2 ans a été tuée par une balle perdue à l'issue d'une course poursuite entre la police et un véhicule rempli d'individus. Une balle qui vient probablement d'un tir policier, ce que le parquet avait d'abord nié dans un premier temps. L'opposition ne semble pas digérer la réaction du ministre de l'Intérieur à ce drame. C'est toute la politique de l'accueil du gouvernement fédéral qui est visée. 

Rappel des faits. On se trouve sur l'E42 dans la nuit du mercredi au jeudi. Une camionnette suspecte est prise en chasse par la police. Après une course-poursuite, le véhicule est immobilisé, avant de faire direction vers la police qui a mobilisé une trentaine de personnes pour l'occasion.

Les policiers ouvrent le feu. La camionnette s'immobilise. 26 adultes et 3 enfants en sortent ainsi qu'une petite fille kurde de deux ans, gravement blessée. Elle décédera quelques heures plus tard à l’hôpital. L'autopsie révèle qu'elle a été touchée par une balle au niveau de la joue. Probablement une balle perdue de la police. Le souci, c'est que le parquet avait dans un premier temps écarté cette possibilité.

"Trafic d'êtres humains"

Face à un tel drame, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) a dû réagir, ce qu'il a fait sur Twitter: "Événement tragique avec conséquences dramatiques. L’enquête est en cours. Cet événement met à nouveau en évidence les tristes circonstances dans lesquelles le trafic d’êtres humains prospère."

Si tous s'accordent sur la première partie de la phrase, l'explication qui suit pose beaucoup plus problème à l'opposition. Zakia Khattabi, coprésidente d'Ecolo, pointe la politique du gouvernement fédéral: "Non Monsieur Jan Jambon! le trafic prospère à cause de VOTRE fuite en avant dans une politique d'asile de plus en plus répressive qui ne laisse d'autre possibilité à des hommes et des femmes que de recourir à des passeurs. La responsabilité politique de #begov est engagée!", réagit-elle sur la même plateforme.

Démission

Le Premier ministre n'est pas épargné, mais cette fois via Facebook: "Une politique ferme mais humaine Charles Michel? (...) Un recadrage ne suffira pas", s'exprime-t-elle en référence aux écarts de conduite de Theo Francken (N-VA), secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration.

Du côté du cdH aussi, on demande des comptes au Premier ministre. Le député Georges Dallemagne compter interroger Charles Michel dès la semaine prochaine à la Chambre. Ce fait divers dramatique suscite en tout cas un grand émoi dans la population. Une manifestation est d'ores et déjà prévue pour ce soir à Bruxelles devant l'office des étrangers. Le message sera clair: demander la démission de Jan Jambon et de Theo Francken.

L'enquête est en cours et devra apporter de nouveaux éléments, notamment sur la légitimité des policiers à ouvrir le feu. Mais il paraît déjà bien difficile de faire tomber les deux membres du gouvernement pour un drame dans lequel leur responsabilité n'est pas directement engagée.

Déjà lu?