Faire un snap de tes blessures aux urgences? Oublie, tu pourrais violer la loi sur la protection de la vie privée

Les smartphones font partie de notre quotidien mais s'ils te servent à textoter tes potes ou à retrouver ton chemin, ils peuvent aussi être très intrusifs. Aux urgences, les médecins et infirmiers constatent d'ailleurs que les patients dégainent de plus en plus leurs smartphones pour faire des photos et des vidéos... Et la protection de la vie privée dans tout ça?

Dans les couloirs et salles du service des urgences, le smartphone commence à poser problème, comme le relaye ce matin la DH. Les patients ne se gênent plus de prendre des photos et des vidéos de leurs blessures pour les partager ensuite sur les réseaux sociaux. Résultat, il arrive souvent que des membres du personnel se retrouvent à leur insu sur ces images. "Nous n'avons aucune prise sur ce qui est fait ou diffusé. Il arrive que nous soyons photographiés ou filmés", comme l'explique à La DH, Vincent Loncke, infirmier en chef des urgences au Centre Hospitalier Wallonie picarde.

Plus de protection de la vie privée

Le problème qui se pose concerne la protection de la vie privée de ces médecins et infirmiers, mais aussi d'autres patients. En effet, il est interdit de diffuser une photo où les personnes sont reconnaissables dans le cadre de leur travail sans disposer de leur accord. Chose à laquelle la plupart des gens ne font pas attention: sans même le savoir, ils vont violer la loi sur la protection de la vie privée.

Les smartphones, médecins 2.0

Un autre problème se pose: les patients mettent de plus en plus en doute la parole des médecins. Les smartphones disposent d'applis en tout genre qui deviennent des outils de diagnostics de plus en plus performants. Ainsi, ces applis vont du podomètre classique pour calculer tes distances parcourues à d'autres fonctionnalités bien plus spécifiques, comme par exemple calculer le taux d'hémoglobine d'une personne. Bref, avec toutes ces technologies, non seulement il n'y a plus aucun respect de la vie privée, mais en plus de ça, l'utilisation des smartphones comme moyen de se diagnostiquer est loin d'être fiable.

Déjà lu?