Direction le tribunal: Vélodossier attaque les bourgmestres et échevins "criminels" de Bruxelles

Avec l'aide de centaines de Bruxellois, Vélodossier a rassemblé suffisamment de preuves juridiques pour attaquer en justice les bourgmestres et échevins de la capitale. Le groupe de défense des deux roues pointe une gestion "criminelle" des rues qui met en danger la vie des cyclistes bruxellois.

Vélodossier lutte pour imposer la création de nouvelles pistes cyclables dans la capitale belge. Avec les trams, les bus, les voitures, les camions, les rues en pentes, les travaux et les pavés, rouler dans Bruxelles devient un véritable parcours du combattant. Pour les activistes des deux roues, ça ne peut plus durer.

Le groupe d'action a déjà fait pression plusieurs fois sur Els Ampe (Open VLD), l'échevine de la Mobilité et de l’administration à la Ville de Bruxelles et sur Pascal Smet, le ministre bruxellois en charge de la Mobilité et des Travaux publics. Aux côtés du GRACQ, du Fietsersbond, de Pro Velo et de l'EUCG, ils réclament plus de pistes cyclables et des zones sécurisées à Bruxelles. Estimant ne pas être écouté, Vélodossier a décidé d'attaquer en justice les bourgmestres et échevins bruxellois.

Action en justice

Depuis 2015, Velodossier cartographie toutes les situations dangereuses pour les cyclistes à Bruxelles. "Avec l'appui d'experts juridiques, on demande la création de plus de pistes cyclables sécurisées", peut-on lire sur le site. Grâce à un Growfunding, ils ont pu acheter une GoPro et répertorier "les pistes cyclables dangereuses".

Avec l'aide (notamment financière) de plus de 200 personnes, Velodossier a pu constituer un dossier répertoriant plus de 300 fichiers. Le groupe a donc fait appel à un avocat pour attaquer ces bourgmestres et échevins "criminellement responsables de graves accidents de bicyclettes, qui résultent d'une infrastructure insuffisante dans leur municipalité", rapporte BRUZZ.

Comme le rappelle le GRACQ, les projets de développement cyclable portés par la Région et la Ville de Bruxelles sont "loin d'être enthousiasmants". Ainsi, "l'objectif n'est pas d'additionner des kilomètres de piste cyclable mais d'assurer plus de sécurité et de confort. Donc ok pour des pistes, mais pas n'importe comment..."

Les lettres que Velodossier envoie aux bourgmestres et échevins

Et l'appel à participer à l'action (en déposant des témoignages)

"Dossier ouvert! Grâce à plus de 200 bailleurs de fonds, nous avons rassemblé suffisamment de preuves juridiques pour pouvoir préparer un procès avec un avocat. Parce que le cyclisme en toute sécurité est ce que nous / vous / la ville méritent."

Déjà lu?