Theo Francken a gagné: les centres fermés pour familles avec enfants seront bientôt une réalité en Belgique

Des familles avec enfants pourront être placées en centre fermé dès le mois de juillet. Une extension au centre 127 bis de Steenokezeel a été amenagée pour enfermer ces familles sans papier. Une mesure à laquelle le milieu associatif, Unicef Belgique en tête, s'oppose fermement mais pour laquelle Theo Francken (N-VA) aurait obtenu l'accord du Premier ministre.

Cela fait des mois qu'un nouveau centre fermé pour familles avec enfants est en train d'être construit à proximité du centre 127 bis, pas loin de l'aéroport international de Bruxelles, à Zaventem. Dans cette extension devront être enfermées les familles et leurs enfants mineurs qui se trouvent en situation d'illégalité sur le territoire belge et qui refusent de quitter la Belgique.

Le centre devrait ouvrir ses portes au mois de juillet. Le projet est poussé par le secrétaire d'État à l'Asile et aux Migrations Theo Francken (N-VA) et aurait reçu l'approbation du Premier ministre Charles Michel et de plusieurs ministres du gouvernement fédéral. Cette mesure aurait pour but d’empêcher les migrants et leurs enfants d'aller et venir librement sur le territoire belge, nous apprend HLN.

"On n'enferme pas un enfant"

Une centaine d'ONG, d'associations et d'organismes de lutte pour les droits de l'homme se sont déjà clairement opposées à la construction de ce centre. Parmi eux, il y a Unicef Belgique qui estime que "cette pratique contrevient grandement aux droits fondamentaux des enfants et entraîne pour eux un préjudice considérable" et la Plate-forme Mineurs en exil qui déclarait que "la place d'un enfant n'est jamais en centre fermé".

L'association "On n'enferme pas un enfant" rappelle que "la Belgique a dans le passé déjà été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour la détention d’enfants dans des conditions inappropriées.

"Suite à ceci, la Belgique a développé des alternatives à la détention, telles que les 'maisons de retour'. Si la Belgique en vient à enfermer à nouveau des enfants innocents, elle fera un pas en arrière inacceptable dans le respect des droits des enfants", ajoute l'association.

Deux millions d'euros

Selon Sudpresse, la construction de ces cinq unités aménagées spécialement pour pouvoir accueillir des familles avec enfants (trois pour six personnes et deux pour huit) aurait coûté près de 2 millions d'euros. Selon le projet d'arrêté royal porté par Francken, les familles avec enfants ne pourront pas être enfermées plus de quatre semaines.

Une mesure qui reçoit le plein soutien du MR. "L’arrêté adopté par le gouvernement fédéral respecte la loi et traite de manière humaine les personnes concernées", déclare Olivier Chastel, le président du Mouvement Réformateur, dans un communiqué.

"Les familles seront totalement séparées des autres résidents du centre. Cela se concrétise par la construction de ces unités familiales par l’Office des étrangers sur le site du centre 127bis à Steenokkerzeel".

Controversée

Cette mesure est pourtant loin de faire l'unanimité au sein du monde politique belge. Lors de sa visite au centre fermé, l'eurodéputé Ecolo Philippe Lamberts déclarait il y a deux semaines: "tout l'argent que l'on dépense pour faire ces centres fermés, je voudrais qu'on le dépense pour accueillir ces gens dans des conditions décentes".

À deux mois de l'ouverture, le centre fermé pour enfant semble définitivement être une réalité.

Déjà lu?