De Lijn mise à fond sur le numérique mais pourquoi la STIB et le TEC ne font pas de même?

Depuis des années déjà, De Lijn a complètement numérisé l'achat des tickets de bus et offert des possibilités à la fois plus pratiques, économiques et écologiques comme les "billets SMS" et les "m-Tickets". Mais pourquoi ne bénéficie-t-on pas de tels avantages avec la STIB et le TEC?

Si tu prends un bus De Lijn et que tu n'as pas d'abonnement, tu n'es pas obligé de te rendre à une borne pour acheter un ticket en papier carton. Tu peux envoyer "DL" par SMS au 4949 et tu reçois une réponse servant de billet de voyage officiel. Même avec le coût du SMS, ce ticket est 25% moins cher qu'un ticket acheté dans le bus. Tu peux également utiliser l'application De Lijn et acheter des m-cards (10 voyages) ou des M-ticket (voyage unique).

En Wallonie et à Bruxelles, les transports en commun ont un train de retard comparés à la Flandre. L'application de la STIB te permet certes de connaître les horaires des transports en temps réel mais c'est à peu près tout. Et la TEC... n'a pas d'application. La TEC a bien son E-Shop, un site adapté à la navigation sur smartphone qui te permet de recharger ta carte Mobib en ligne... à condition d'avoir l'application Bancontact. Pourquoi les deux entreprises de transports publics ne créent pas de systèmes simplifiés comme celui de De Lijn? Parce qu'elles pensent différemment.

Pas de paiement SMS à la STIB

La STIB n'envisage pas de paiement SMS principalement à cause des portillons de sécurité que l'on trouve dans les réseaux intégrés souterrains. Ce système de paiement n'est pas compatible avec les infrastructures du métro. Les paiements via l'application ne sont pas non plus au programme car la STIB planche sur des systèmes "sans contact".

"On travaille effectivement à la création de nouvelles formes de billetique", nous informe Françoise Ledune, porte-parole de la STIB. "Nous étudions actuellement la possibilité de payer avec sa propre carte de banque ou avec son smartphone. Les scanners des portillons détecteront les flux du GSM ou de la carte. Nous allons commencer les tests dans le courant de l'année 2019. Nous n'avons pas encore de dispositif concret mais en principe, ça devrait retirer l'argent sur le compte du passager en fin de mois".

Le smartphone servira de carte dans les TEC

"Nous sommes sur d'autres stratégies", nous confie Stéphane Thiery, directeur marketing de la TEC. "Nous travaillons, entre autres, avec deux canaux "dématérialisés" qui passent à travers le chargement de la carte interopérable Tec It Easy". Cette carte se recharge soit via une borne TEC, soit via le site E-Shop qui permet "de charger le titre de transport au moment où la carte se valide dans le bus". Ces deux canaux sont instantanés, nous assure Thiery.

Mais est-ce que cela signifie qu'il n'y aura pas de possibilités de paiement direct par téléphone ou via une application? Il y aura bien un nouveau système mais avec un fonctionnement différent. Le TEC travaille sur un dispositif qui devrait débarquer en 2019 et permettrait aux usagers de payer directement avec leur smartphone. "On développe une solution qui permettra à n'importe quel usager à l'arrêt de bus de pouvoir se doter via son smartphone d'un titre de transport valable qu'il pourra valider en entrant dans le bus.", ajoute Thiery.

En attendant, il faudra s'armer de patience.

Déjà lu?