Game over: la société Cambridge Analytica, au coeur du scandale Facebook, ferme ses portes

Incapable de corriger le tir, la société britannique Cambridge Analytica met la clef sous la porte et se lance dans une procédure d'insolvabilité. Il faut dire que son nom a été bien sali par le scandale mondial autour des données personnelles des utilisateurs Facebook.

Le scandale autour de l'utilisation des données des utilisateurs Facebook a finalement fait tomber une tête. Alors que tout roule pour le réseau social - qui a d'ailleurs annoncé de très bons résultats trimestriels et un nombre d'utilisateurs étonnamment en hausse - l'autre grand coupable dans l'affaire, Cambridge Analytica, n'a, lui, pas pu résister.

La société britannique et sa maison-mère SCL Elections Ltd. ont été contraintes d'entamer, ce mercredi au Royaume-Uni, "une procédure d'insolvabilité", annonce un communiqué de l'entreprise publié sur son site internet. De même, elle ouvrira bientôt des procédures de faillite auprès de la Cour des Faillites des États-Unis pour le district sud de New-York, pour le compte de ses filiales américaines.

"Calomniée pour des activités qui sont légales"

"Au cours des derniers mois, Cambridge Analytica a fait l'objet de nombreuses accusations infondées et, malgré les efforts de l'entreprise pour redresser le tir, elle a été calomniée pour des activités qui non seulement sont légales, mais aussi largement acceptées comme faisant partie intégrante de la publicité en ligne, autant dans le monde politique que commercial", se justifie ainsi la société dans le communiqué.

La société tient évidemment pour responsable la "couverture médiatique" dont elle a fait l'objet ces derniers mois, laquelle "a chassé la quasi-totalité de ses clients et fournisseurs". Il faut dire que les faits sont graves, Cambridge Analytica est, pour rappel, accusée d'avoir collecté et exploité sans leur consentement les données personnelles de 87 millions d'utilisateurs Facebook dans le monde entier, dont 61.000 Belges. Elle les auraient ensuite détournées à des fins politiques, notamment pour aider la campagne de Donald Trump lors des élections présidentielles américaine de 2016. Et en plus, elle aurait aussi joué un rôle crucial dans le vote en faveur du Brexit.

"Confiance inébranlable"

Dans pareille situation, il a donc été "établi qu'il n'est plus viable de continuer à exploiter l'entreprise". Malgré la "confiance inébranlable" qu'elle a sur le fait que ses employés ont agi "de façon éthique et légale", la société n'a d'autre choix que de "cesser immédiatement toutes ses opérations". Décision qui a été "extrêmement douloureuse" à prendre pour les dirigeants de Cambridge Analytica, poursuit le communiqué.

Même si l'entreprise "a l'intention de s'acquitter pleinement de ses obligations envers ses employés" (en termes de préavis et d'indemnités de départ), l'ensemble de ses employés perdront inévitablement leur job. Et comme Cambridge Analytica possède trois filiales, une à Londres, une à New York et une autre à Washington D.C., on ose imaginer le nombre de personnes qui vont être touchées...

Déjà lu?