Orval s'agrandit mais ne rêve pas trop: l'offre de bières restera inchangée

La brasserie d'Orval s'agrandit. Pas pour produire plus mais pour produire mieux et rester à la pointe de la technologie. Un nouveau bâtiment jouxtera la fromagerie sans porter atteinte au calme et à la beauté des lieux.

La réussite de la brasserie d'Orval est unique en Belgique. Là où ses concurrents offrent une large gamme de bières pour atteindre la clientèle la plus importante possible, les moines trappistes de la commune de Florenville ne proposent qu'un produit simple et efficace: l'Orval.

Leur offre est volontairement limitée. Ça crée de la rareté et de la demande bien sûr, mais c'est aussi une philosophie de vie. Du coup, quand l'administration de Florenville fait savoir au journal Le Soir que la brasserie va s'agrandir, les amateurs de bière sont en émoi: va-t-on bientôt pouvoir s'en mettre plein la panse? L'offre "d'Orvaux" va-t-elle exploser?

L'offre restera limitée

La réponse est non. Certes la production augmente de 3% chaque année, mais l’abbaye d'Orval n'entend pas aller au-delà. Le nouveau bâtiment qui longera la fromagerie, planifié dans les deux-trois ans, est une volonté des moines de moderniser leur outil de travail. Il sera destiné au soutirage du saint breuvage. La place manquait à raison de 25.000 bouteilles par heure 3 à 4 jours par semaine.

Le nouveau bâtiment sera plus grand, plus moderne, mais ne dénotera pas dans le paysage. Et pour cause, il sera enterré à 80%. En fait, rien ne sera visible depuis l'abbaye ni des ruines médiévales. Il y aura même plus de place puisque les allées et venues des camions ne se feront plus sur l'actuelle cour de la brasserie.

Si 88% de la production d'Orval est écoulée en Belgique, cela ne veut pas dire que tu pourras trouver plus de bacs en grande surface ou autres. Les moines trappistes l'ont précisé d'emblée: l’agrandissement de la brasserie n'aura pas d'incidence sur l'offre.

Reste de toute façon prudent, l'abus d'alcool est mauvais pour la santé.

Pour une petite visite guidée de l'abbaye d'Orval, c'est par ici

 

Déjà lu?