"Pas seulement des coups d'un soir": Facebook va bientôt t'aider à trouver le grand amour

Surprise, Mark Zuckerberg veut maintenant proposer aux utilisateurs de Facebook un service de rencontres à part entière à l'intérieur-même du réseau social. Mais attention, avec l'ambition d'initier de vraies relations durables entre les célibataires. Après cette annonce, ce sont évidemment Tinder, Meetic et compagnie qui trinquent.

Toujours dans la tourmente créée par l'affaire Cambridge Analytica, Facebook tente de garder la tête hors de l'eau en se concentrant sur son objectif initial: connecter les gens entre eux. Jusqu'ici, le réseau social avait tout misé sur la construction et l'entretien de liens d'amitié entre ses utilisateurs, mais il veut aller plus loin.

Mark Zuckerberg, le papa de Facebook, a ainsi annoncé ce mardi soir, lors de la conférence annuelle des développeurs de son réseau social (F8) à San José en Californie, son intention de se lancer sur le marché des sites de rencontres. Car sur les quelque 2 milliards d'utilisateurs que compte Facebook, plus de 200 millions ont affiché sur leur profil qu'ils étaient célibataires. Zuckerberg veut donc leur filer un petit coup de pouce.

"Construire des relations authentiques et durables"

Mais attention, il ne s'agira pas de transformer Facebook en un Tinder 2.0, le but étant plutôt d'aider les gens à trouver le grand amour. Le service "sera destiné à construire des relations authentiques et durables, pas seulement des plans d'un soir", a-t-il ainsi affirmé.

Concrètement, il s'agira d'un service de messagerie textuelle uniquement, qui prendra place à l'intérieur-même de Facebook. Les célibataires pourront se créer un "profil de rencontre", qui sera distinct de leur profil habituel. Ensuite, le réseau social leur recommandera des partenaires potentiels, qui s'afficheront sur la base des données de leur "profil de rencontre". En exploitant largement les données personnelles des utilisateurs célibataires, évidemment.

Même si Facebook n'a pas précisé de date pour le coup d'envoi de ce nouveau service, les applications de rencontres en subissent déjà de plein fouet les conséquences. Immédiatement après l'annonce de Zuckerberg, Match Group a vu le prix de son action chuter de 19 % à la bourse de Wall Street, rapporte le site Quartz. Ce grand groupe possède Tinder, Meetic, Match, OKCupid, PlentyOfFish, OurTime, Pairs et bien d'autres services de rencontres. Tous ceux-ci se trouveront alors en concurrence directe avec Facebook, qui reste le réseau social n°1 dans le monde entier. Autant dire qu'ils risquent de perdre quelques plumes dans l'histoire.

Déjà lu?