Du grand Trump: en un tweet, il a peut-être grillé toutes les chances du continent nord-américain d'accueillir le Mondial 2026

Donald Trump a l'art de s'attirer des emmerdes, tout seul, comme un grand. La dernière chose en date? Il tweeté à propos de la Coupe du monde 2026 en incitant clairement les fédérations à soutenir la candidature conjointe nord-américaine... Une belle boulette!

Juste avant que la Coupe du Monde de Russie ne soit lancée, le 13 juin prochain, la Fédération internationale du football (FIFA) va devoir voter et choisir qui du continent nord-américain ou du Maroc accueillera la prochaine Coupe du Monde.

La candidature conjointe des Etats-Unis, du Canada et du Mexique était jusqu'à présente figure de favorite mais il se pourrait bien que Donald Trump ait fait penché la balance dans le sens opposé, sans le vouloir.

Contre-productif

En effet, dans un tweet, le président américain a largement incité les fédérations à soutenir la candidature américano-canado-mexicaine. Ainsi, on pouvait y lire ceci: "Les États-Unis ont mis au point un projet FORT avec le Canada et le Mexique pour la Coupe du monde 2026.. Cela serait dommage que les pays que nous soutenons en toutes circonstances fassent campagne contre la candidature américaine. Pourquoi soutiendrions-nous ces pays quand ils ne nous soutiennent pas (y compris à l’ONU) ?"

Candidature "coulée"

Si sa demande n'est pas clairement formulée, ces sous-entendus pourrait suffire à faire changer les résultats du vote. En effet, pour le spécialiste Andrei Markovits, professeur à l'université du Michigan et co-auteur d'un livre sur le football aux Etats-Unis, en tweetant cela, "Donald Trump a peut-être coulé la candidature américaine".

"Dans le monde du sport mondial, il n’y a rien de plus sexy que de se déchaîner contre ces Yankees qu’on aime détester", rappelle le spécialiste. "Cela donne aux pays qui n’avaient pas encore fait leur choix un prétexte bienvenu (pour soutenir le Maroc). Beaucoup de pays aiment être en position de balancer sur les États-Unis. Si je devais parier, je dirais que c’est le Maroc qui a la main maintenant", assure encore le spécialiste. D'autant que la Fifa interdit toute intervention des gouvernements dans les dossiers sportifs

Pour le moment les responsables du Mondial 2026 ne se sont pas encore exprimés, il est désormais difficile de prévoir ce qu'ils voteront.

Déjà lu?