Courtois et fils taillent un costard à Wilmots et l'attaquent en justice

Le torchon brûle entre le clan Courtois et l'ex-coach fédéral. Marc Wilmots a eu la langue bien pendue dans une interview télévisée. Il accuse le papa Courtois d'avoir vendu la composition d'équipe à la presse lors de l'Euro 2016. "Calomnie" répond le papa qui va entreprendre des démarches judiciaires avec son fils.

1er juillet 2016. La Belgique est lamentablement éliminée par le Pays de Galles alors qu'une voie royale vers une finale lui est ouverte. Lors de l'interview d'après match, Thibaut Courtois a des mots très durs vis-à-vis de Marc Wilmots. Il remet en cause la tactique de son entraîneur devant les caméras.

Presque deux ans plus tard à quelque mois du Mondial russe, l'ex-coach national décide de revenir sur cet incident au micro de beIN Sports: “Thibaut est directement revenu sur ses paroles après. Il y a de la frustration, je le comprends. J’ai juste un problème quand je fais ma théorie à 18h et que je vois qu’à 18h15, elle est sur tous les réseaux. Cela veut dire qu’un joueur a vendu la sélection. Et cela, c’est grave. Des journalistes français avaient la preuve que c’était le papa Courtois qui faisait cela. Je trouve cela dommage. Cela fait gagner du temps à l’adversaire. Je n’ai pas perdu mon énergie à chercher qui c'était que j’avais déjà une inflammation dans le sang et que j’avais la dose maximum de médicaments en moi pendant l’Euro…”

Contre-attaque

Contacté par la DH, Thierry Courtois, le papa de Thibaut, riposte une première fois: "Calomnies! Je n’ai jamais de ma vie communiqué une composition d’équipe à aucun journaliste! En étant joueur de haut niveau et aussi dans un staff technique d’un club de niveau européen, je sais à quel point cela est délicat. Mes coéquipiers et joueurs le savaient également. On travaille ensemble longtemps pour obtenir des résultats, je déteste les fuites!”

Mardi soir, le clan Courtois décide d'aller un pas plus loin. Thibaut fait savoir directement sur les réseaux sociaux qu'il attaquera Marc Wilmots en justice. Les mots sont limpides: "Monsieur M. WILMOTS -qui n’est pas à son coup d’essai- réitère donc publiquement et gratuitement des accusations portant atteinte à mon honneur et à ma réputation ainsi qu’à l’égard de mon père. Nous avons décidé ensemble de déposer une plainte pénale avec constitution de partie civile du chef de calomnie et diffamation."

Voilà qui a le mérite d'être clair.

Déjà lu?