Applause please: elle escalade le Ben Nevis, en short mais... avec son selfie stick!

Ho Darwin, c'était quoi encore ton concept d'évolution? Parce que pour le coup, c'est bien loupé. Cette meuf est montée sur le Ben Nevis (1344 mètres) - soit la plus haute montagne du Royaume Uni - avec, pour unique équipement, un short et un selfie stick. Quand les secours l'ont sauvée, en plein blizzard, il faisait - 15 °C.

Sarah Albone aurait pu mourir à cause de son insouciance. Elle est montée samedi au sommet du Ben Nevis, la plus haute montagne de Grand Bretagne, en short et baskets. Quand la meuf, du haut de ses 28 ans, a atteint le sommet, elle s'est aperçue qu'il caillait grave.

Normal, il faisait - 15 °C. Quand l'équipe de sauvetage est arrivée, elle était au premier stade d’hypothermie."Je me suis senti trop c.....," a confié Sarah Albone. " J'ai eu de la chance... Je ne sentais plus mon corps. Si ces gens ne m'avaient pas aidé, le Ben Nevis aurait été le Ben Never."

Le Ben Nevis aurait pu être le Ben Never

Avant l'arrivée des secours, elle a d'abord été protégée par une équipe d'alpinistes qui remontaient la face Nord de la montagne. L'un des hommes lui a filé un vêtement sec tandis que les autres se sont blottis contre elle pour lui tenir chaud. L'hélicoptère des secours n'a pas sur se poser au sommet car la tempête était trop forte.

Les grimpeurs ont alors appelé la Lochaber Mountain Rescue Team, une équipe de grimpeurs secouristes, pour l'aider à redescendre. Les sauveteurs se sont bien foutus de sa gueule après l'avoir traitée d'irresponsable. "C'est ridicule de monter là-haut habillé comme ça, " a expliqué John Stevenson, le chef de l'équipe de sauveteur. "Être irresponsable signifie obliger les autres à changer de route pour les aider."

Albone s'est par la suite excusée sur des forums spécialisés et a réalisé que son erreur était vraiment stupide. Hé oui, c'est encore presque l'hiver et à cette période de l'année, les conditions sont loin d'être faites pour des poses selfie en mini-short.

© iStock

Sources: Telegraph

Lisez aussi