Voici comment la SNCB travaille à la fin des guichets de gare

Depuis 2013, tu peux acheter ton ticket en passant par les bornes automatiques. En conséquence, il y a de moins en moins de guichets ouverts. Faut-il y voir le signe de fin de vie des guichets? Et donc du travail de guichetier. L'association Navetteurs.be réagit. 

Selon les chiffres de la SNCB, le nombre de tickets vendus via les distributeurs automatiques dans nos gares est en pleine croissance. Installés depuis 2013, les distributeurs automatiques peuplent de plus en plus les gares belges. Sache d'ailleurs qu'entre 2015 et 2016, la part de tickets vendus via les automates est passée de 31% de l'ensemble des billets de train vendus à 47%.

"Les gens n'ont pas le choix"

Mais selon l'association navetteurs.be, ces chiffres qui prouvent l'augmentation de l'utilisation des automates, sont en quelques sortes gonflés volontairement par la SNCB. Enfin, pour l'association, "Ces chiffres sont biaisés car on fait tout pour pousser les gens vers les automates. De nombreux guichets ferment donc les gens n'ont pas le choix", explique Gianni Tabbone, président et porte-parole de navetteurs.be, interrogé par la DH.

Dans beaucoup de gares, les guichets sont fermés l'après-midi, ou le personnel guide automatiquement les voyageurs vers les guichets automatiques, comme à la gare des Guillemins, selon Tabbone. Évidemment, cela a pour conséquence d'augmenter le nombre de billets achetés via les bornes automatiques.

Les automates, pas pour tout le monde

Selon François Bellot (MR), ministre fédéral de la Mobilité, l'objectif de la SNCB est de ne plus vendre que 25% des billets de train via ses guichets vers 2020. Et du coup, vendre 75% des billets via les distributeurs automatiques. Selon le ministre, interrogé au Parlement, "l'évolution constatée dans les ventes depuis l'installation des automates en 2013 permet d'envisager l'atteinte de cet objectif".

Mais selon les associations de navetteurs, les distributeurs automatiques ne sont pas une réponse pour tous les voyageurs. En effet, les personnes à mobilité réduite par exemple ont toujours besoin du personnel de gare pour acheter leur ticket. Pour navetteurs.be, ne prévoir que des guichets automatiques dans les gares ne conviendrait pas à tout le monde. De plus, on ne peut que constater que les machines ne sont pas toujours en état de fonctionner. La SNCB n'est en effet jamais à l'abris d'une panne, d'un bug informatique ou encore du vandalisme que l'on est forcé de constater dans nos gares. Et à ce moment-là, le voyageur devra lui-même pouvoir expliquer pour quelle raison il n'a pas pu prendre de billet et s'évertuer à convaincre l'accompagnateur de train.

Les associations de navetteurs voient clairement la tendance de la SNCB comme la fin du métier de guichetier, mais aussi vers des problèmes d'exclusion des voyageurs.

Déjà lu?