"Vous périrez tant que l'Occident nourrira les terroristes": Erdogan clashe Macron suite à l'attaque en Allemagne

Le président truc Recep Tayyip Erdogan a fait la leçon à son homologue français Emmanuel Macron sur sa soi-disant mauvaise gestion du terrorisme, suite à l'attaque qui s'est produite samedi après-midi sur une place de Münster en Allemagne. Ses mots étaient plutôt violents, alors qu'il ne s'agissait même pas d'une attaque terroriste.

"Vous voyez ce que les terroristes font en Allemagne", a déclaré Erdogan ce samedi soir à Denizli, dans l'ouest de la Turquie, selon des propos relayés par l'agence de presse étatique Anadolu. "Cela va aussi se produire en France. Vous périrez tant que l'Occident nourrira les terroristes", a-t-il poursuivi sur un ton bien menaçant.

C'est ainsi qu'a réagi le président turc suite à l'attaque à la camionnette-bélier survenue ce samedi après-midi sur place du centre-ville de Münster, dans l'ouest de l'Allemagne. L'homme fort de la Turquie a tapé sur le pays voisin, la France, en l'accusant de "nourrir le terrorisme", mais il oublie un petit détail: il ne s'agit pas d'un attentat terroriste.

En effet, le ministre allemand de l'Intérieur, Hebert Reul, a écarté la piste djihadiste ce samedi soir lors d'une conférence de presse dans la ville, soulignant que l'assaillant était de nationalité allemande et souffrait de troubles psychiques.

"Vous soutenez les terroristes et vous les accueillez à l'Élysée"

Mais pourquoi s'attaque-t-il à la France et pas l'Allemagne où est survenue l'attaque? Eh bien parce que le président français a récemment reçu à l'Elysée une délégation de représentants de la milice kurdo-syrienne YPG. Aussi appelée les "Unités de protection du peuple", cette milice s'est formée en 2011, en pleine guerre civile qui fait toujours rage à l'heure actuelle. L'organisation est considérée comme terroriste par la Turquie, qui la voit comme le bras armé du Parti de l'Union démocratique; ce dernier étant la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ou l'ennemi numéro 1 du gouvernement turc. Mais l'Union européenne comme les États-Unis soutiennent l'YPG puisqu'elle est d'ailleurs le principal allié de la coalition internationale sur le terrain.

Sur cette réunion dans la capitale française, Erdogan ne mâche pas ses mots. "La France, vous subventionnez le terrorisme, vous soutenez les terroristes et vous les accueillez maintenant à l'Élysée", a-t-il ajouté. Et de finir par une dernière mise en garde: "La France ne pourra jamais se libérer ainsi du fléau du terrorisme."

Déjà lu?