Quand les Français catholiques découvrent la chasse aux sextoys de Wépion, ça ne passe vraiment pas

C'est une tradition vieille de 8 ans qui anime Wépion tous les week-end de Pâques: la fameuse chasse aux sextoys. En Belgique, elle a une grosse réputation mais pas chez nos voisins français. Le journal Le Parisien a présenté cette tradition à leurs lecteurs. Résultat: gros buzz mais aussi gros scandale puisque cette pratique ne passe absolument pas chez les plus croyants. 

Chaque week-end de Pâques depuis 8 ans, une foule d'hommes et femmes en délire se presse dans un champ de Wépion près de Namur armés de pelles pour trouver le plus de sextoys possible. Organisée par la société namuroise Soft Love, cette chasse est de plus en plus populaire en Belgique à tel point que qu'il faut être très rapide pour réserver ses places.

Mais en France, cette pratique plutôt spéciale est encore largement inconnue. Enfin...plus vraiment. En effet, le journal Le Parisien a consacré un article et un reportage à l'évènement namurois et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça a intéressé nos voisins. Sur Facebook, la vidéo du Parisien compte pas moins de 2.600.000 vues et 28.000 partages. Une bonne nouvelle pour Soft Love? Oui et non.

Les catholiques en croisade

Quand la vidéo a été publiée sur Facebook ce 30 mars, Nicolas Bustin, le patron de Soft Love s'attendait à beaucoup de réactions. Mais sans doute pas autant: "J’étais au courant que Le Parisien allait faire paraître le sujet mais je ne savais pas à quel moment de la journée allait être postée la vidéo." explique-t-il dans les colonnes de SudPresse.

À 18h, heure de publication, c'est le début des embrouilles: "J’ai été rapidement au courant... Après cinq minutes, on est passé de 0 à... 300.000 vues. D’habitude, le vendredi à partir de 15h30, les bureaux sont fermés, mais une déviation téléphonique est évidemment mise en place. D’habitude, on reçoit 4-5 appels, mais là, ce sont des centaines. Le central a sauté."

En fait, ce sont des catholiques français choqués par cette chasse qui ont décidé de partir en croisade contre Soft Love. Ils n'ont pas fait les choses à moitié: l'entreprise namuroise a reçu pas moins de 1.000 mails et 400 appels téléphoniques. Ils regrettent en effet que la fête de Pâques soit associée au sexe.

Nicolas Bustin a donc reçu quelques messages du genre: "Pâques en France, c’est une fête catholique… Honte à vous d’organiser des choses comme ça…Vous détruisez cette coutume qui date de bien avant votre naissance. Bientôt, on va aussi faire des chasses aux nanas...". Il faut tout de même préciser que beaucoup ont salué l'initiative car en Belgique, on sait s'amuser!

Voici la vidéo partagée par Le Parisien ce week-end

Déjà lu?