Ceux qui possèdent de l'ivoire méritent la prison à vie, déclare ce ministre aux funérailles du rhinocéros Sudan

La mort de Sudan, le dernier représentant mâle de l'espèce des rhinocéros blanc du Nord, a choqué tout le monde. Lors de ses funérailles, samedi, un ministre kényan a déclaré que toute personne prise en possession d'ivoire devrait être condamnée à la prison à vie. 

Après la mort de Sudan, le dernier représentant mâle des rhinocéros blanc du Nord, certain ont ressenti l'envie de prendre des mesures radicales pour mettre un terme au commerce de l'ivoire.

"L'ivoire appartient aux éléphants et aux rhinocéros", a déclaré Najib Balala, le ministre kenyan du Tourisme, lors des funérailles du rhinocéros. "Nous allons changer nos lois afin que quiconque attrapé avec de l'ivoire sera emprisonné pour la vie."

Braconnage

La mort de Sudan pourrait signifier la fin de l'espèce des rhinocéros blancs. Le seul espoir de prolongation réside dans la fécondation in-vitro (FIV): il faudrait pour cela féconder la fille et la petite fille de Sudan avec du sperme congelé. Une survie qui est malheureusement soumise à un avenir incertain puisqu'elle ne fait pas partie des priorités des experts.

La mort de Sudan nous rappelle que sans le braconnage, le Kenya abriterait sans doute aujourd'hui encore de nombreux rhinocéros blancs du Nord. Des milliers de rhinocéros blancs - du Sud - continuent d'errer en Afrique subsaharienne mais les Blancs du Nord n'ont pas survécu au braconnage, la valeur de leur ivoire étant plus élevé que l'or. Les braconniers pouvaient demander jusqu'à 50.000 dollars pour un kilo de cornes de rhinocéros blanc du Nord, écrit Reuters.

Disparition

Dans les années 70, il y avait quelques 20.000 rhinocéros au Kenya. Mais la folie de l'ivoire a failli les éliminer tous: en 1990, il n'y en avait plus que 400 dans le pays. Grâce aux mesures de protection de la vie sauvage, aux mesures de lutte contre le braconnage et à la création de réserves comme Ol Pejeta, le nombre de rhinocéros vivant au Kenya est remonté à 650. Pour la plupart, ce sont des rhinocéros noirs.

Mais la mesure la plus importante dans la lutte contre le commerce de l'ivoire reste encore la décision de la Chine de rendre la vente de ce produit hors-la-loi. Premier importateur d'ivoire au monde, le pays était, selon certains experts, à l’origine de 70% de la demande mondiale. Et cela, principalement pour des usages aphrodisiaques.

Bien sûr, la vente d'ivoire n'a pas cessé pour autant car il existe toujours des réseaux de contrebande. Et l'interdiction de la vente rendant le produit plus rare et difficile à obtenir, il devient également beaucoup plus onéreux. Et donc rentable pour les braconniers qui emploient des méthodes chaque fois plus lourdes pour arriver à leurs fins. La meilleure solution pour lutter contre ce commerce reste encore de stopper la demande. Il faut espérer pour cela que la mort de Sudan ait eu de l'impact chez les amateurs d'ivoire.

Déjà lu?