Voici ce que dit le trust de Johnny Hallyday, la structure qui régit son patrimoine et qui est le noeud de la guerre

Nouveau rebondissement dans la saga judiciaire autour du testament de Johnny Hallyday. Des extraits des statuts du trust ont fuité dans la presse française. Ces documents révèlent la complexité du montage financier que le rockeur avait réalisé avant sa mort pour léguer l'ensemble de son patrimoine. Laeticia est bel et bien la seule bénéficiaire, mais pas la gestionnaire. Ce dernier rôle n'a officiellement été attribué à personne, et c'est tout l'enjeu de cette guerre familiale.

Voilà des semaines que la famille Hallyday se déchire autour du testament légué par le chanteur. D'un côté, on trouve ses enfants aînés, Laura et David, qui sont totalement déshérités par le document et qui ont donc entamé cette saga judiciaire. De l'autre, sa dernière épouse, Laeticia, et leurs deux filles, qui sont les seules à être mentionnées dans le document.

Mais que dit exactement ce fameux testament qui est le noeud de la guerre? Le média français Libération a pu consulter en exclusivité les statuts du trust, autrement dit l'acte juridique passé par le chanteur pour verrouiller l’ensemble de sa succession et en contrôler la transmission à ses héritiers. Mais ce contrat, signé par Johnny le 11 juillet 2014 à Los Angeles, risque de ne pas plaire à Laura et David.

Des brèches dans un montage financier très complexe

Baptisé "JPS" (pour Jean-Philippe Smet), ce trust régit dans les moindres détails les dernières volontés du rockeur. Il est sans appel pour ses enfants aînés puisqu'il stipule noir sur blanc que sa dernière épouse est l'unique bénéficiaire de son patrimoine artistique et immobilier. Et à la mort de Laeticia, l’ensemble du patrimoine doit revenir aux deux filles adoptées par le couple, Jade et Joy. Le cas échéant, aux enfants de ces dernières, grâce à des "sous-trusts" et autres "trusts de descendants". Les statuts ajoutent que Johnny Hallyday ne prend "aucune disposition" envers ses aînés, David Hallyday et Laura Smet, "à qui il a fait des donations par le passé".

Le document précise également que Jean-Philippe Smet est "résident et domicilié dans le comté de Los Angeles, État de Californie, États-Unis d'Amérique", et que le trust qu'il a créé est donc irrévocable selon la loi californienne. Ce qui complique fortement la situation pour Laura et David qui font, eux, prévaloir la loi française - puisque leur père est né et a passé une bonne partie de sa vie dans l'hexagone - laquelle interdit de déshériter ses enfants.

Mais il y a des brèches dans ce montage financier complexe. Il y a tout d'abord un trust principal, qui récupère "tous ses biens - immobiliers, financiers ou musicaux - présents et futurs (...) tout ce qu’il possède, à l’exception notable des biens immobiliers situés en France et susceptibles d’être soumis à taxation", explique Libération. De ce trust originel découlent deux autres: un "Credit Trust" (destiné à solder "les frais de succession au décès du chanteur, c’est-à-dire les droits d’héritage, frais d’administration, obsèques et taxes qui peuvent être imposées ou prélevées par les États-Unis ou un autre pays étranger") et un "Marital Trust" (destiné à maintenir le train de vie de Laeticia "au niveau auquel elle a été habituée" pendant sa vie avec Johnny, "quitte à entamer le patrimoine").

L'enjeu: trouver le trustee, le gestionnaire de l'ensemble du patrimoine

Pour encadrer ces trusts, il y a le "constituant" (celui qui transmet son patrimoine), qui est donc Johnny Hallyday. Et puis, il y a la personne qui en a la gestion et le contrôle à la mort du constituant: le "trustee". C'est ce dernier qui est maître des cartes bancaires et cahiers de chèques et qui doit les utiliser dans le but principal de "subvenir aux besoins [de Laeticia] via des versements échelonnés au moins une fois par mois". Mais sans pour autant claquer tout le fric, puisqu’il devra également constituer une cagnotte pour financer les études de Jade et Joy. Le souci, c'est que depuis le décès de Johnny Hallyday, aucun "trustee" n'a été désigné, officiellement en tout cas. Autrement dit, Laeticia est bénéficiaire et gestionnaire du patrimoine de son défunt mari, mais il n'y a personne pour en tenir les commandes.

Pour compliquer encore davantage la situation, il y a un troisième intervenant qui entre dans la danse: le "protecteur" du trust. Libération précise que celui-ci "n’a aucun rôle de gestion" mais a "le pouvoir crucial de révoquer le trustee". Cette mission avait initialement été confiée à Grégory Boudou, le frère de Læticia que Johnny ne supportait pourtant pas. Sauf qu'il a récemment été remplacé, mais on ne sait pas par qui. Il est néanmoins plus que probable qu'il s'agisse d'un autre membre de sa famille Boudou, puisque seule Laeticia a le pouvoir de nommer et révoquer le "protecteur" du trust, gardant de cette manière la mainmise sur l'ensemble de la succession.

Voilà tout l'enjeu de cette saga judiciaire: trouver le "trustee". Sans lui, c'est toute la validité du "JPS Trust" qui pourrait s'écrouler. La prochaine audience est prévue ce vendredi au tribunal de Nanterre (près de Paris), mais il s'agit d'un véritable "jeu du chat et de la souris" qui peut durer encore longtemps...

Déjà lu?