"C'est la victoire du lobbying": le président de l'Union belge revient sur l'éviction de Damso

Depuis la polémique concernant Damso et l'hymne de la Coupe du monde, l'Union Belge était restée relativement silencieuse. Les grandes pontes de la fédérations ne se sont pas exprimées, jusqu'à ce samedi. Le président de l'Union, Gérard Linard, est revenu sur cette polémique et il semble un peu amer. 

Pour la première fois depuis l'énorme polémique concernant Damso, le président de l'Union belge Gérard Linard s'est exprimé dans la presse, dans les colonnes du Soir et de Sudpresse précisément. Et pour sa première sortie publique, le président a décidé d'utiliser des mots forts: "C'est la victoire du lobbying" commence-t-il en faisant sans doute référence aux sponsors qui se sont immiscés dans l'affaire. "La pression était devenue trop forte et il a fallu capituler" ajoute-t-il.

Vu la tournure des évènements, Gérard Linard regrette la décision finale. Mais surtout, il n'a pas forcément aimé la manière dont les choses se sont produites: "Dommage que par défaut de collégialité de la part de certains membres du Conseil d'administration, on n'ait pas continué à m'écouter" explique-t-il sans citer de nom. "Il fallait peut-être laisser le temps à Damso de dire stop lui-même" concède-t-il.

Regret

Même si il aurait aimé que Damso aille jusqu'au bout, le président de l'Union belge émet tout de même des regrets. Comme Vincent Kompany l'expliquait: il fallait prévoir qu'un tel choix d'artiste allait provoquer le scandale. Gérard Linard parle d'une choix "dont les conséquences n'ont pas été mesurées, principalement à cause de la méconnaissance du dossier dans le chef des cadres supérieurs." Il fait ainsi son mea culpa, étant donné son statut de cadre supérieur, justement.

Il est ensuite revenu sur les précédents choix d'artistes qui n'avaient absolument pas posé problèmes à l'époque: "Personne ne s'est réellement tracassé de savoir qui était Stromae ou Dimitri Vegas & Like Mike avant qu'ils soient choisis pour nos campagnes précédentes. Et ça a cartonné. On a donc pensé que la suite allait être du même tonneau, sans prêter attention à un profil qui concerne les jeunes." C'est le moins que l'on puisse dire effectivement...

Déjà lu?