La Chine riposte et appuie là où ça fait mal: elle s'attaque aux importations de porc américain

Depuis l'annonce de Donald Trump des mesures contre les importations chinoises, c'est une véritable guerre commerciale qui s'annonce. En réaction, Pékin a répliqué en menaçant les Etats-Unis de nouvelles taxes à l'importation sur une centaine de produits, dont le porc. 

Donald Trump veut imposer à la Chine des mesures punitives contre des importations chinoises pouvant atteindre 60 milliards de dollars. La Maison Blanche a établi une liste de 1000 produits qui pourraient être affectés, mais ce sont surtout les secteurs de la technologie et des télécommunications qui pourraient être principalement visés.

En réponse à ces sanctions sur les importations annoncées par Trump, la Chine a également publié une liste de 128 produits américains dont elle sanctionnerait l'importation elle aussi si les négociations avec Washington échouaient. On parle notamment, du porc, de pommes, de vin, d'éthanol et d'acier.

Taxer à 25%

Pour le moment, les annonces faites des deux côtés minent sérieusement le système commercial mondial. Un peu partout dans le monde, les places boursières ont déjà connu des journées difficiles. Le spectre de cette guerre fait trébucher les bourses avec des chutes atteignant parfois les 3%. Cette guerre commerciale pourrait avoir de lourdes conséquences sur les marchés financiers et donc sur la croissance mondiale. En ce qui concerne les sanctions chinoises, Pékin menace de taxer jusqu'à 25% certains produits en provenance des États-Unis.

Les Chinois veulent clairement toucher Trump là où ça fait mal

Le ministère chinois du Commerce voudrait négocier une solution avec la Maison blanche dès que possible, mais en attendant, les menaces sont là. Exemple. Il faut savoir que la Chine est à la fois le premier producteur, consommateur et importateur mondial de viande de porc. Or, c'est celle-ci qui est notamment visée par les sanctions chinoises. On parle d'une taxe douanière de 25% qui mettrait clairement en péril les importations états-uniennes. Selon la U.S. Meat Export Federation, la Chine et Hong-Kong constituent le second marché du porc pour les États-Unis et c'est pour cette raison qu'il constitue une cible facile.

Les produits qui figurent sur la liste chinoise concernent principalement le secteur agricole américain. Un secteur symbolique à deux niveaux. Premièrement, le secteur agricole a besoin de ces importations, et deuxièmement, les électeurs des zones agricoles ont été une base électorale solide pour l'élection de Trump. Il a donc en quelques sortes, des comptes à rendre à cette population.

La Chine n'a pas peur

"La Chine n'a en aucun cas peur d'une guerre commerciale. Si une guerre de la sorte devait être lancée par les États-Unis, la Chine se battrait jusqu'au bout pour défendre ses propres et légitimes intérêts", ont déclaré conjointement le ministre du Commerce chinois et l'ambassade chinoise en place à Washington.

Pour le moment, les mesures que prévoit la Chine sont pourtant modérées. En effet, les produits visés par les sanctions correspondraient à 3 milliards de dollars d'importations en Chine, ce qui constitue en réalité à peine 2% du total des exportations américaines en 2017. La menace chinoise est donc clairement moins importante que celle annoncée par Donald Trump.

À titre d'exemple, on aurait pu imaginer que la Chine mette le soja sur cette liste, puisque les Américains l'ont exporté en Chine à hauteur de 14 milliards de dollars en 2017. Et si ce produit venait à atterrir sur cette liste, ce serait bien pire que ce que le porc constitue comme problème maintenant pour le secteur agricole américain.

Bref, espérons pour le système mondial commercial que les négociations entre Pékin et Washington calment le jeu.

Déjà lu?