Le dernier rhinocéros blanc mâle du Nord nous a quittés et l'on pense à la FIV pour sauver l'espèce

Le Kenya et le monde entier sont en deuil: Sudan, le dernier rhinocéros blanc mâle du Nord est décédé ce lundi soir. Victime du braconnage, cette espèce est vouée à disparaitre. Il n'en reste plus que deux spécimens... Deux femelles malheureusement. Du coup, on réfléchit à des façons de relancer l'espèce et la fécondation in vitro est sérieusement envisagée. 

45 balais. C'est l'âge auquel Sudan s'est éteint. Sudan, c'était le dernier rhinocéros blanc du Nord mâle, le dernier qui aurait pu pérenniser son espèce. Il est décédé ce lundi au Kenya, dans le parc où il était protégé des braconniers.

Sur Twitter, l'Ol Pejeta Conservancy et le zoo Dvůr Králové ont partagé leur tristesse: "C'est avec une grande tristesse que l'Ol Pejeta Conservancy et le zoo Dvůr Králové annoncent que Sudan, le dernier rhinocéros blanc mâle du Nord, est mort à 45 ans au Kenya", annonce la réserve naturelle.

À défaut du braconnage, Sudan est mort de problèmes de santé liés à son âge avancé. Il souffrait de problèmes musculaires et de blessures ouvertes: "Il ne pouvait plus se lever et souffrait énormément durant les 24 dernières heures", explique le parc qui a pris la décision de l'euthanasier pour abréger ses souffrances.

Deux survivants

Avec la disparition de Sudan, il ne reste plus que deux rhinoc os blanc du Nord. Une femelle et sa fille: Najin et Fatu, qui vivent dans la même réserve où Sudan était protégé. Évidemment, les soigneurs avaient essayé d'accoupler Najin et Sudan mais la vigueur du mâle n'était pas suffisante pour tenter un rapport non protégé.

Il reste donc une dernière chance pour pérenniser cette espèce: la fécondation in vitro (FIV). Mais cela est encore plus difficile qu'avec les humains. Il a fallu prélever du sperme sur un rhinocéros du Nord, ce qui avait failli tuer l'animal à l'époque. Ensuite, il va falloir récupérer un ovule sur une femelle et la tâche s'annonce aussi ardue que pour le mâle.

Si les chercheurs y arrivent, il faudra créer une cellule ?uf en laboratoire et enfin la déposer dans l'utérus d'un rhinocéros du Sud, une espèce qui compte plus de 20.000 individus. Mais pour le moment, la technique des chercheurs n'est pas encore totalement au point pour tenter une telle intervention. À l'heure actuelle, les chercheurs ont déjà réussi à créer un embryon mais ils n'ont jamais tenter de l'implanter. Et dans le pire des cas, ils pourront essayer d'inséminer une rhinocéros du Sud avec du sperme congelé de rhinocéros du Nord. Mais il s'agira alors d'une espèce hybride et non d'un vrai rhinocéros blanc.

Braconnage

Si les chercheurs se donnent tant de mal pour sauver cette espèce c'est parce que son extinction n'est pas "liée à la sélection naturelle" selon Thomas Hildebrandt, un des chercheurs en charge du projet. Mais le projet en question coûte extrêmement cher et ça ne plait pas à tout le monde. Richard Emslie, un spécialiste des rhinocéros, estimait en 2016 que ce projet pouvait "pénaliser d'autres initiatives sur le terrain".

Mais au moins, tout le monde s'accorde sur le fait que le braconnage est la cause de tout. En 1960, on comptait 2.360 individus de l'espèce et 24 ans plus tard ils n'étaient plus que 15... Depuis, des campagnes de sauvetage ont permis de sauver les survivants et de les faire se reproduire. En 1994, il restait 30 rhinocéros blanc du Nord. Malheureusement, la chasse a repris de plus belle pour arriver à la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui. Tout ça pour des cornes...

Déjà lu?