L'Otan déplace son siège bruxellois d'une centaine de mètres, mais quid de l'ancien espace de 290.000 m²?

Ça y est. Après 7 ans de travaux, l'emménagement des nouveaux quartiers de l'Otan a enfin commencé cette semaine. L'Alliance militaire a quitté ses bureaux lundi pour un nouveau complexe gigantesque situé... de l'autre côté du boulevard. Mais que sera-t-il fait de l'ancien siège, situé à cheval sur la région bruxelloise et la région flamande? Un Masterplan est à l'étude.

Quelque 4.000 employés de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) vont investir leurs nouveaux bureaux durant les 12 prochaines semaines. Des membres du personnel issus des délégations nationales et internationales, du personnel civil et militaire international et des différentes agences de l’Otan vont poser leurs affaires dans le nouveau siège de l'Alliance, à Haren, à quelques kilomètres de l'aéroport international de Zaventem.

Le nouveau quartier général de l'Alliance transatlantique est un complexe de taille pharaonique qui s'étale sur plus de 250.000 mètres carrées. Prévu pour accueillir des représentants de ses 29 pays membres, le bâtiment compte 34 salles de réunion, dont sept disposent d'installations virtuelles. Il dispose aussi de 18 salles de conférences "dotées d'installations d’interprétation simultanée et de systèmes de visioconférence (VTC)", peut-on lire sur le site.

Un siège plus adapté

Le siège a été remis à l'OTAN par la Belgique en 2017. Dotés d'installations ultramodernes, il est censé répondre aux nouveaux besoin de l'Alliance, ce qui n'était plus le cas dans l'ancien siège qui était complètement saturé. Pourquoi? Parce que de nombreux pays se sont greffés à l'Alliance transatlantique depuis son implantation en Belgique en 1967. Pour ces représentants diplomatiques, un bureau sur cinq était installé dans un module provisoire.

Le déménagement ne devrait pas être trop complexe, le nouveau QG de l'Otan étant situé de l'autre côté du boulevard Léopold III qui relie Bruxelles à Zaventem. Bien que positionné à moins de 5 kilomètres de l'aéroport de Zaventem, le siège est situé à Haren, sur la commune de 1000 Bruxelles. Nous avons donc contacté le cabinet de l'échevin de l'Urbanisme de Bruxelles pour savoir quel avenir est réservé à l'ancien siège, étalé sur 29 hectares.

Quid des anciens bureaux?

Pour connaître le futur de cet espace, il faut d'abord savoir qui en est le responsable. L'ancien site de l'Otan est partiellement à cheval sur le territoire de Haren (1000 Bruxelles), d’Evere, mais aussi de Woluwe-Saint-Etienne – et donc de Zaventem, en Flandre. En principe, le siège étant situé à 90% sur le territoire de la Ville de Bruxelles, c'est cette dernière qui en a la charge.

Mais, "vu le nombre d'acteurs en jeu sur ce projet, c'est la Région bruxelloise qui a repris en charge le dossier", nous éclaire Aline Glaudot, porte-parole de l'échevin de l'Urbanisme à la Ville de Bruxelles Geoffrey Coomans. Cet espace est accolé au quartier général de la Défense belge qui fait 63 hectares. Les deux sièges réunis, on obtient une propriété d'environ 90 hectares qui est sous la tutelle du ministère de la Défense, donc de l'État fédéral.

"La stratégie urbaine que l'on va développer sur ce site en collaboration avec la région flamande et les communes concernées s'appliquera à ces 92 hectares", nous explique Tom Sanders, directeur de la Stratégie territoriale au centre Perspectives. "Il faut considérer le pôle stratégique comme un tout de 92 hectares."

"Aujourd'hui, nous sommes en concertation avec la région flamande pour définir un futur souhaitable sur le site", ajoute Sanders. "Il va y avoir, vu le contexte de ce site, une certaine densification à la fois en résidentiel et en fonction économique. Une grosse attention va être portée aux qualités paysagères du site pour préserver les espaces verts (...) et pour rendre agréable et conviviaux les développements qui vont être imaginés sur ce site."

En clair? Un Masterplan transfrontalier

"Le but de la Région est de créer un Masterplan sur la zone", nous confie Aline Glaudot. "Parmi les projets, il y a notamment l'idée de transformer le boulevard Leopold III pour en faire un énorme boulevard qui va de l'aéroport de Zaventem aux institutions européennes."

Il y aurait aussi "la possibilité d’implanter un nouveau quartier-général pour le Ministère de la Défense le long du boulevard Léopold III, avec adresse sur le territoire de la Région bruxelloise", peut-on lire sur le site de Perspectives. Mais aussi de transformer une partie de la zone en quartier résidentiel qui serait desservie par la nouvelle station de métro Bordet (qui doit encore voir le jour).

Niveau espaces verts, le Woluweweld serait préservé avec un espace ouvert axé sur l'agriculture et plusieurs pistes cyclables devraient être créées. Mais tout cela reste encore de l'ordre de l'imaginaire. Pour l'instant, tous ces projets sont sur la table et les différentes entités concernées réfléchissent à la façon d'appliquer ce nouvel aménagement. Et pour l'avenir, attends-toi à voir des travaux si jamais tu passes dans cette zone là.

Déjà lu?