Premier Mondial avec l'arbitrage vidéo: la FIFA donne son feu vert

Ça y est ce coup-ci c'est sûr: la Coupe du Monde en Russie sera bien régie par l'arbitrage par vidéo. La Fifa devait valider hier le recours à l'assistance vidéo, et c'est chose faite. C'est la première fois dans l'histoire de la Coupe du Monde que la Fédération autorise cette pratique.

On le savait déjà depuis deux semaines, mais depuis hier c'est officiel, la VAR, l'assistance vidéo à l'arbitrage sera bien utilisée pour le Mondial de cet été en Russie. C'est le président de la Fédération internationale de football, Gianni Infantino qui a annoncé la nouvelle depuis Bogota hier. "Nous allons avoir le premier Mondial, en 2018, avec la VAR, cela a été approuvé, décidé, nous sommes bien sûr très contents de cette décision."

Du 14 juin au 15 juillet prochain, plus de place au doute, plus de place à l'erreur humaine d'un arbitre qui n'aurait pas vu, car la vidéo sera là pour vérifier.

Comment et surtout quand?

Le recours à l'assistance vidéo n'aura cependant lieu que dans quatre cas uniquement. Premièrement, pour la validation ou non d'un but, deuxièmement, l'attribution ou non d'un carton rouge. Troisièmement, pour l'analyse d'une action pouvant mener à un penalty et enfin quatrièmement, pour la correction d'une erreur d'identification d'un joueur sanctionné. Selon la Fifa, cette technologie va clairement apporter plus de transparence au football. Mais Infantino tient tout de même à rappeler que la VAR ne va pas être la solution à tout. En effet, le but surtout est d'éviter les erreurs retentissantes des arbitres. Au début des discussions par rapport à la VAR, Gianna Infantino avait déjà déclaré: "En 2018, nous ne pouvons plus nous permettre que tous les gens dans le stade et tous les gens devant un écran de télévision puissent voir en quelques minutes si l'arbitre a fait une grosse erreur ou pas, et que le seul qui ne puisse pas le voir soit l'arbitre. Donc, si nous pouvons aider l'arbitre, nous devrions le faire".

Les risques

La technologie qui sera utilisée en Russie dès juin prochain est expérimentée depuis 2016 dans une vingtaine de fédérations, en Allemagne et en Italie par exemple. Mais la VAR ne fait clairement pas l'unanimité dans le monde impitoyable du football. Évidemment, comme la technique est nouvelle, les arbitres ne sont pas encore tout à fait rodés. Et si l'idée est d'éviter les erreurs, il y aurait quand même un prix à payer. Comme par exemple: des erreurs d'arbitrages avérées malgré tout, des décisions que le public ne comprend pas, des interruptions de jeu trop longues, de la confusion, etc.

En gros, il faut clairement que les arbitres soient entraînés d'ici le mois de juin à l'utilisation de la VAR, sinon on sent déjà les polémiques à plein nez. Pas vous? Enfin, à notre avis, on n'a pas encore fini d'en parler.

Déjà lu?