Chaque jour, tu bois du plastique: des microparticules ont été trouvées aussi dans l'eau en bouteille de grandes marques

Mauvaise nouvelle: en plus de l'eau du robinet, l'eau en bouteille est aussi contaminée par des microparticules de plastique. Une toute nouvelle étude américaine en a détecté dans 93 % dans ses échantillons venant de bouteilles de grandes marques bien connues dans le monde entier. Le souci, c'est que les effets à long terme sur notre organisme sont toujours méconnus.

Une précédente étude américaine avait déjà constaté en septembre la présence de microfibres de plastique (invisibles à l'oeil nu) dans l'eau du robinet du monde entier. Un peu plus aux États-Unis et un peu moins en Europe. Mauvaise nouvelle, l'eau en bouteille est, elle aussi, touchée.

C'est ce qu'il ressort d'une nouvelle étude réalisée par les mêmes chercheurs américains, sous la conduite de Sherri Mason, professeure à l'Université d'État de New York à Fredonia. En tout, l'eau de plus de 250 bouteilles dans neuf pays, dont le Liban, l'Inde et les États-Unis, a été analysée de près, peut-on lire dans le résumé publié ce mercredi sur la plateforme Orb Media.

Dans 93 % des échantillons

Leurs conclusions sont sans appel: des microparticules de plastique ont été détectées dans 93 % de leurs échantillons d'eau, et à l'aide d'un microscope infrarouge. Plus précisément, il s'agissait, entre autres, de polypropylène, de nylon et de polytéréphtalate d'éthylène. Dans un litre d'eau, ils ont comptabilisé, en moyenne, 10,4 particules mesurant environ 0,10 millimètre. L'une des bouteilles avait même une concentration de plus de 10.000 particules par litre. Pour te situer, les tailles de ces microparticules variaient de la largeur d'un cheveu humain à la taille d'un globule rouge.

Si la Belgique n'est pas citée dans l'étude, on parle tout de même de bouteilles que tu as probablement dans ton placard. En effet, 11 grandes marques bien connues sont concernées, dont Aqua, Aquafina, Dasani, Evian, Nestle Pure Life ou encore San Pellegrino.

Dans les bouteilles en verre aussi

La faute à quoi? "Je pense que cela vient du processus d'embouteillage. Je pense que la plupart du plastique vient de la bouteille elle-même, de son bouchon, du processus industriel d'embouteillage", commente la chercheuse Sherri Mason à l'AFP. Le problème, c'est que "de l'eau dans des bouteilles en verre contenait aussi des microplastiques", signale-t-elle en outre.

Quels sont les risques concrets sur ta santé? Les scientifiques affirment que 90 % des particules de plastique peuvent être absorbées par le corps humain, si toutefois elles mesurent moins de 150 microns. Les 10 % restants peuvent se comporter de manière très différente en fonction des individus: certains peuvent se loger dans la paroi intestinale, d'autres peuvent être absorbées par le tissu intestinal et voyager à travers le système lymphatique du corps, d'autres encore peuvent entrer dans le sang et s'introduire dans les intestins, la vésicule biliaire, le pancréas, la rate et puis le foie.

Effets à long terme "toujours pas connus"

Dans l'étude, 95 % des particules mesuraient entre 6 et 100 microns, ce qui est très petit mais assez petit que pour se faufiler dans les organes du corps. Le souci, c'est que les effets à long terme de l'ingestion de plastique quotidienne sur nos organes ne sont "toujours pas connus". Dans leur précédente étude sur l'eau du robinet, les chercheurs pointaient une double menace: les minuscules particules de plastique en elles-mêmes et les produits chimiques ainsi que les agents pathogènes (bactéries...) qu'elles peuvent abriter et transmettre.

Quand on sait qu'environ 300 millions de tonnes de plastique se retrouvent dans nos océans, ce n'est qu'à peine étonnant d'apprendre que l'on en avale tous les jours...

Déjà lu?