Honteux! GAIA dévoile l'enfer que subissent les poulets "de chair" et les images font froid dans le dos

Une enquête menée par GAIA dévoile les conditions de vie infernales des poulets dits "de chair". Filmée avec des caméras cachées dans six élevages flamands, on peut y voir la souffrance qui leur est infligée. Des vidéos qui font froid dans le dos... Âmes sensibles s'abstenir!

Grâce à des caméras cachées dans six élevages flamands, la société protectrice des animaux GAIA a pu dévoiler les conditions de vie des poulets dits "de chair". Et les images sont atroces: animaux à l'agonie, boiteux et déformés, brûlures de la plante des pattes et de la peau, etc. Les poulets y vivent l'enfer!

Les cadavres jonchent le sol

Pour beaucoup, l'accès à l'eau et à la nourriture devient impossible. Un nombre incalculable de poulets agonisent, couchés sur le dos, à bout de souffle. D'autres grossissent jusqu'à tomber morts, les cadavres jonchent le sol.

"Si les images prouvent une chose, c'est que la viande de poulet est bon marché parce que ce sont les animaux qui en paient le prix" condamne Michel Vandenbosch, le président de GAIA. "GAIA a également constaté que les normes minimales légales n'étaient même pas respectées dans les entreprises visitées par l'organisation de défense des animaux. C'est cependant l'ensemble du système cruel d'exploitation intensive des poulets que GAIA dénonce."

La vidéo de GAIA est sans appel: les animaux souffrent!

Plus gros, plus vite...

L'objectif des élevages? Obtenir un maximum de chair en un minimum de temps. Pour y arriver, le secteur utilise une race spécifique de poulet qui est capable de grossir rapidement. Les oiseaux sont détenus dans des hangars surpeuplés: de 15 à 23 poulets par mètre carré, soit un poulet pour une surface équivalente à celle d'une feuille A4. En seulement 42 jours, les oiseaux passent d'un poids corporel de 50 g à plus de 2 kg en moyenne (soit une augmentation de 4.500% de leur poids initial!). Dans les années 50, les poulets n'atteignaient ce poids qu'après 120 jours.

Les supermarchés doivent prendre leurs responsabilités

Pour Gaia, les supermarchés sont responsables de ces conditions désastreuses. Vu qu'ils proposent aux consommateurs de la viande de poulet à un prix si bas, ils sont entièrement responsables des souffrances animales. Pour Michel Vandenbosch, président de GAIA, "il ne faut pas se faire d'illusion: ces images ne sont pas une exception. Elles sont représentatives de l'ensemble du secteur. C'est le poulet qui paie le prix."

Pour GAIA, il est temps de changer: les chaînes de supermarchés doivent prendre leurs responsabilités. "Elles doivent cesser de vendre de la viande de poulet issue d'exploitations qui font autant souffrir les animaux, et se fournir auprès d'élevages qui leur offrent une meilleure qualité de vie. Autrement, les supermarchés continueront à entretenir une intolérable cruauté envers les animaux."

Ensemble, agissons!

Tu souhaites agir? Pour toi, ces conditions sont inacceptables? Alors envoie un mail à "www.pouletbiendecheznous.be" afin d'exiger que la viande de poulet de ton supermarché provienne exclusivement d'élevage qui respecte le bien-être animal.

La rentabilité de l'espace avant tout

© GAIA

Comme on peut le voir sur les images de GAIA, les conditions de vies sont inacceptables

© GAIA

© GAIA

Déjà lu ?