Un employé de Proximus dérape sur Twitter: "Si Damso veut chanter sur les p****, c'est son droit" 

Depuis une semaine, à peu près toute la Belgique donne son avis sur la polémique dont Damso fait l'objet. Un employé de Proximus a senti aussi le besoin de vider son sac sur Twitter. Le problème, c'est qu'il l'a fait avec le compte officiel de l'opérateur belge. Ça ne passe pas trop. 

Depuis une semaine, les débats font rage dans les médias et sur les réseaux sociaux à propos du rappeur désormais controversé Damso. Même si l'artiste a été évincé par l'Union belge de football, les sponsors et plusieurs personnalités belges influentes, beaucoup continuent à défendre ou descendre le rappeur bruxellois. C'est le cas d'un employé de Proximus qui s'est laissé aller à quelques commentaires sur Twitter.

Jusque-là pas de problème, c'est son droit. Le problème, c'est qu'il l'a fait avec le compte officiel de Proximus. Et ses propos semblent à l'exact opposé de la position de sa cheffe Dominique Leroy. "Tout est possible dans la liberté de l'art" commence-t-il en citant quelques œuvres controversées avant de conclure: "Si Damsel (sic) veut chanter sur les putes, c'est son droit." S'il semble assumer parfaitement ses propos, ce n'est pas vraiment le cas de son employeur.

"Non conforme à nos valeurs"

Évidemment, Proximus a vite réagi. Dans la foulée, l'opérateur belge a publié un communiqué pour excuser les propos de son collaborateur. "Un de nos collaborateurs a réagi hier, avec la meilleure intention et beaucoup d’enthousiasme, d’une manière qui n’est pas conforme à nos valeurs. Le contenu des tweets était inapproprié. Nous nous en excusons."

Enfin, pour bien enfoncer le clou, Proximus a tenu à s'exprimer quant à l'éviction de Damso: "Après le débat public de ces derniers jours, Proximus est satisfait de la décision de l’URBSFA. Nous continuons à croire en notre partenariat de longue date avec l’Union et à soutenir entièrement le projet inspirant et unificateur qu’incarnent les Diables Rouges", peut-on lire encore une fois sur Twitter.

Pour rappel, la CEO de Proximus Dominique Leroy avait tapé du poing sur la table pour que Damso n'interprète pas l'hymne des Diables Rouges. Elle a finalement obtenu gain de cause.

Déjà lu?