En imposant ses droits de douane sur l'acier et l'aluminium, Trump pourrait foutre la Belgique dans le pétrin

Donald Trump a opéré le jeudi 8 mars un net virage. Il a décidé de taxer les importations d'acier et d'aluminium aux Etats-Unis, mais forcément ça aura un impact en Europe. Et en Belgique, cette nouvelle mesure risque de faire perdre 250 millions à notre économie. 

Donald Trump voulait déclarer la guerre commerciale, c'est désormais chose faite. Après plusieurs jours de spéculations et des mises en garde répétées de ses alliés, il n'en a fait qu'à sa tête, comme d'habitude. Il a donc décidé de taxer les importations d'acier de 25% et celles d'aluminium de 10% sans avoir consulté grand monde. Si le Canada, premier partenaire commercial et premier fournisseur d'acier aux Etats-Unis, et le Mexique, en sont pour l'instant, exemptés, cette mesure aura néanmoins un sacré impact sur l'Europe.

Promesse tenue?

Le jeudi 8 mars a donc marqué un tournant décisif aux Etats-Unis. Après treize mois au pouvoir, Trump avance vouloir rester fidèle à son électorat: "Je tiens une promesse que j'ai faite en campagne et que j'ai faite pendant une grande partie de ma vie, lançait-il alors qu'il était en train de signer les documents à la Maison Blanche. Évidemment, personne n'était d'accord avec ça: ni même Gary Cohn, son chef économique qui avait dès lors claqué la porte mardi dernier, ni les républicains au Congrès et forcément, pas même les alliés des Etats-Unis. Résultat aujourd'hui, on peut s'attendre à une guerre commerciale aux conséquences imprévisibles, à moins qu'il accorde des exemptions. Mais selon Trump, il s'agissait avant tout "d'une question de sécurité nationale".

Menace pour l'économie belge

Et si personne n'était d'accord avec ça, en Belgique aussi ça pose un gros problème. L'adoption par les USA de droits de douane sur l'acier aura en effet des conséquences directes sur l'économie belge. Selon le groupe Agoria, le fait que l'acier soit taxé pourrait représenter un préjudice de 250 millions d'euros chez nous. Cette mesure pénaliserait aussi fortement des entreprises comme ArcelorMittal ou Aperam par exemple. L'adoption de cette mesure pourrait également avoir un impact sur le marché de l'automobile.

Bref, vu d'ici Trump ferait vraiment bien de ne pas tenir sa "promesse". Mais l'Union européenne ne devrait pas tarder à répliquer. Les Européens exportent environ 5 milliards d’euros d’acier et 1 milliard d’euros d’aluminium chaque année vers les États-Unis. Les autres pays devraient également négocier des accords bilatéraux, plaidant pour un système de taxes réciproques. Reste à voir comment les négociations se dérouleront...

Déjà lu?