Pour la première fois depuis les attentats, Salah Abdeslam a parlé à la justice française

Arrêté le 18 mars 2016 à Molenbeek, Salah Abdeslam était resté muet face à la justice. Pour la première fois en presque deux ans, le dernier survivant des attentats du 13 novembre 2015 à Paris s'est exprimé. Devant un juge antiterroriste français.

Salah Abdeslam a accepté de sortir de son silence ce vendredi pour prendre la défense d'Ali Oukadi, son chauffeur molenbeekois, a expliqué en France son avocat Didier De Quévy. C'est la première fois depuis son arrestation du 18 mars 2016 que le suspect prend la parole pour revenir sur les attentats.

Le 13 novembre 2015, un commando suicide avait causé la mort de centaines de personnes à Paris et aux abords du Stade de France. Seul survivant de ce commando terroriste, Salah Abdeslam avait fui vers la Belgique où il s'était fait arrêter quelques mois plus tard.

Ali Oukadi

Entendu ce vendredi par un juge d'instruction français, Abdeslam a parlé de son chauffeur. Selon la DH, Oukadi n'aurait rien à voir avec les attentats et il ne serait intervenu que pour emmener Abdeslam du quartier de la Cage aux Ours vers Schaerbeek.

Le mois passé, Salah Abdeslam était jugé à Bruxelles pour sa participation présumée à une fusillade ayant eu lieu à Bruxelles quelques jours avant son arrestation. Lors de ce procès ultra-médiatisé, il avait déclaré: "Je constate que les musulmans sont jugés et traités de la pire des manières, impitoyablement. Il n'y a pas de présomption d'innocence, il n'y a rien (...) Je n'ai pas peur de vous, de vos alliés, de vos associés. Je place ma confiance en Allah, je n'ai rien à ajouter."

Ce vendredi, il aurait tenu un discours un peu plus constructif.

Le portrait d'Abdeslam fait le 8 février à Bruxelles:

Déjà lu?