La nouvelle tendance des ados aux États-Unis: fermer son compte sur les réseaux sociaux

Il y a de l'eau dans le gaz entre les médias sociaux et les jeunes Américains. Un sondage mené par Origin montre que plus d’un tiers des Millenials américains interrogés ont récemment bazardé leur compte sur les réseaux sociaux.

Le sondage a été effectué au mois de décembre sur un millier de participants aux États-Unis. Il révèle que 34 % des jeunes utilisateurs nés après 1994 ont affirmé avoir supprimé entièrement leur compte sur les réseaux sociaux, et que 64 % d’entre eux ont déjà pratiqué une pause temporaire pendant laquelle ils ne s’y sont pas connectés. 41 % ont estimé qu’ils passaient trop de temps sur les médias sociaux, et 35 % pensent que les gens de leur âge se concentrent trop sur leur vie en ligne. Près de la moitié affirme que les médias sociaux les rendent tristes, déprimés ou anxieux.

« Ils réalisent que cela peut les entraver dans leur existence et que leurs semblables vivent au travers de leurs appareils », commente Chris Dessi, un expert des médias sociaux.

Facebook, Twitter et Insta dans le collimateur

Les médias sociaux dont les comptes sont les plus facilement supprimés sont Facebook, Twitter et Instagram. L’application du site de rencontres Tinder était également citée. En revanche, Snapchat était le réseau social le plus épargné.

Cependant, l’étude conclut également que les jeunes qui demeurent sur les réseaux sociaux ont tendance à y englober de plus en plus d’aspects de leur existence. Par exemple, 65 % des personnes interrogées ont indiqué qu’elles suivaient des marques, tandis que 43 % ont rapporté avoir effectué un achat via un réseau social. Plus de la moitié des répondants ont indiqué avoir été incités à effectuer un achat suite à une publicité vue sur les réseaux sociaux. 57 % ont indiqué que le parrainage ou le témoignage d’une célébrité concernant un produit avait contribué à leur faire acheter celui-ci.

De moins en moins de temps passé sur Facebook

Parallèlement, une autre étude réalisée par Nielsen au mois de décembre l’année dernière, et interprétée par Pivotal, indique que les utilisateurs de Facebook ont passé 24 % de temps en moins sur la plate-forme. Le temps de consommation cumulé sur Facebook a augmenté, mais comme la base d’utilisateurs a augmenté plus rapidement, cela signifie que le temps passé sur Facebook a été réduit de 9 %.

Il pourrait donc s’agir d’une tendance de fond : les utilisateurs commencent à se détourner des réseaux sociaux. La question qui se pose désormais est : vers quoi vont-ils se tourner maintenant ?…

Déjà lu?