Encore un sponsor qui ne veut plus de Damso: la CEO de Proximus demande la fin de la collaboration

L'histoire Damso est loin d'être arrivée à sa fin. Après Zuhal Demir (N-VA), Alexander de Croo (Open VLD), le Conseil des femmes... c'est autour de Proximus de demander la fin de la collaboration entre l'Union belge du football et le rappeur. La demande a été faite par Dominique Leroy, CEO de l'opérateur belge.

En cette journée de la femme, la mobilisation contre Damso prend de plus en plus d'ampleur. Taxé de misogyne, le rappeur bruxellois pourrait bien ne plus être l'artiste officiel à composer l'hymne des Diables rouges pour la coupe du monde du football de 2018.

Le ministre des Entreprises publiques Alexander De Croo a annoncé aujourd'hui à la Chambre être intervenu auprès de Proximus pour que l'opérateur fasse pression sur l'Union belge de football. Selon De Croo, Dominique Leroy, la CEO de Proximus, va demander à la fédération de se trouver un autre artiste pour composer l'hymne qui accompagnera l'équipe belge en Russie.

Guerre des partenaires

Proximus a des arguments de poids: c'est l'un des sponsors officiels de Diables Rouges. La firme rejoint de la sorte les autres marques qui ont désavoué le choix artistique de l'Union. Pour l'instant, l'Union semble camper sur ses positions. C'est à dire, garder Damso, l'artiste rap le plus en vogue dans le plat pays et même ailleurs.

Pour avoir une idée de l'importance de Damso, il suffit de regarder les millions de vues sur ses vidéos. Le mec est un poids dans l'industrie du rap et le garder comme artiste officiel pour la Russie est un atout commercial tout sauf négligeable. Surtout pour Universal Music, le label chez qui le bresom le plus complexe de Bruxelles est plaqué. Rappelons également que la maison de disques est partenaire de l'URBSFA et elle aurait insisté pour avoir Damso comme compositeur officiel. L'Union va donc devoir choisir entre Universal et les autres.

Déjà lu?