Récupérer tes commandes en ligne, déposer ton enfant à la crèche...: la SNCB veut transformer les gares du pays

Gros lifting en perspective, la SNCB veut transformer les gares belges en véritables lieux de vie. Plus de restos (surtout healthy et bio), des boxes pour récupérer tes commandes en ligne, des crèches pour déposer tes enfants... Les grandes gares, comme les plus petites, vont être rénovées pour accueillir ces nouveaux services.

Dans les grandes gares comme à Bruxelles, Charleroi et Anvers, il existe déjà quelques magasins, où tu peux traîner en attendant ton train, et quelques endroits où tu peux te prendre un café, un sandwich ou des frites pour te sustenter. Mais rien de fou, et dans les autres gares du pays, c'est un peu la misère.

Et cela, la SNCB en est consciente. "Les gares sont devenues the place to be. Le secteur du commerce de détail montre de plus en plus d’intérêt pour nos gares, après en avoir pendant longtemps ignoré tout le potentiel. Sans doute n’avons-nous pas nous-mêmes été assez proactifs", explique au Soir Cédric Blanckaert, responsable des activités commerciales dans les gares. La société des chemins de fer compte donc renforcer son offre commerciale en gare, à travers toute une série de services dont certains seraient une grande première.

Attention, il ne s'agira pas de transformer les gares en centres commerciaux, mais plutôt de valoriser davantage l'espace disponible. Actuellement, la SNCB dispose de 36.000 m2 de surface libre répartis dans 102 gares et découpés en 424 concessions (contrats conclus avec les commerçants). Mais d'ici 2019, la société ferroviaire devrait mettre en place 4.000 m2 de plus, notamment en rénovant les gares.

Enseignes bio, salad bars, voire même un restaurant étoilé?

Cela concerne, tout d'abord, l'offre de nourriture. À ce titre, la SNCB veut proposer plus de variétés et surtout développer le créneau du "manger sain". "On parle d’enseignes bio, de salad bars ou de burgers plus qualitatifs", annonce au quotidien Cédric Blanckaert. "Nous sommes même en contact avec un chef multi-étoilé français qui cherche un emplacement en Belgique", précise-t-il. Imagine, tu pourrais un jour déguster un petit gastronomique en plein milieu de la gare juste avant de prendre le train.

Ensuite, la SNCB veut mettre l'accent sur la livraison en gare de produits commandés en ligne, notamment grâce à son partenariat avec bpost. "Pour proposer ce service, les enseignes ne devront pas forcément disposer d’un magasin dans la gare. On peut travailler avec des boxes multimarques", explique Cédric Blanckaert. Une phase d'essai est d'ailleurs en cours avec Wink (le drive du groupe Louis Delhaize) dans la gare d’Ottignies. Mais il faut encore trouver une solution pour garder les produits au frais dans ces boxes, et pour cela, la SNCB "se donne deux ans pour tester" le concept. Ces boîtes pourraient également être utilisées pour récupérer des paquets du nettoyage à sec ou de la cordonnerie, par exemple.

Magasins de meubles, de sport et de bricolage

La SNCB est également en train d'approcher un célèbre groupe d’ameublement et d’autres de bricolage. "Des enseignes qui font des milliers de m2 nous demandent des petites surfaces pour faire du pick-up et présenter un assortiment réduit de produits", confie Cédric Blanckaert, sans préciser les noms de ces groupes. Il prend toutefois l'exemple de Decathlon, qui a ouvert un magasin de 200 m2 dans la gare de Lille-Flandres en France, mais sans donner plus de détails sur une ouverture possible dans les gares belges.

Le côté services sera aussi renforcé dans les gares, particulièrement via l’installation de crèches. "Il y en a une à Liège-Guillemins, qui est pleine avec une liste d’attente", souligne Cédric Blanckaert.

Les petites gares ne seront pas oubliées

Dans ce projet, les petites gares ne sont bien sûr pas oubliées. Là-bas, c'est le nombre de "convenience stores", qui vendent des journaux, quelques produits de première nécessité et offrent la possibilité de retirer des colis, que la SNCB veut surtout développer. Un marché a d'ailleurs été attribué à Ubiway Retail (les magasins Hubiz), pour s'installer entre autres dans les gares de Braine-l’Alleud, Braine-le-Comte, La Louvière-Sud et Waremme.

Enfin, dans les gares trop peu fréquentées en journée, la SNCB va ouvrir des espaces de stationnement pour des food trucks, cafés-croissants et vendeurs de journaux ambulants. Elle compte aussi mettre le paquet sur les automates et teste d'ailleurs un distributeur de poulets rôtis dans une gare flamande.

Reste à voir combien tout cela coûtera...

Déjà lu?